Origine du mercredi des cendres ?

cendresLa symbolique des cendres.
La cendre, dont la signification originelle est fort discutée, bien que son usage soit répandu
dans la plupart des religions antiques, est souvent associée à la poussière, et symbolise à la fois le péché et la fragilité de l’homme.
Dans l’Antiquité, se couvrir de cendres est signe de deuil et de pénitence. Ce rite a été
conservé par les premiers chrétiens : l’évêque répandait de la cendre sur les fidèles. Chaque fidèle se marquait au front d’une tache de cendres, pour montrer que l’homme n’est que poussière. A l’époque, ce jour était celui où se faisaient les pénitences publiques : les pénitents se présentaient en signe d’affliction la tête couverte de cendres.
« Mardochée, ayant appris tout ce qui se passait, déchira ses vêtements, s’enveloppa d’un sac et se couvrit de cendre. Puis il alla au milieu de la ville en poussant avec force des cris amers
» (Livre d’Esther 4,1). Le sac et la cendre sont liés à des coutumes anciennes d’expiation et de pénitence. L’imposition de cendre au front du pénitent est une évocation symbolique de la mort.
À l’origine, seuls ceux qui avaient gravement péché recevaient « le sac et la cendre » pour se vêtir durant le temps de pénitence qui préparait à leur réintégration dans la communauté chrétienne.

 Aujourd’hui, il n’y a plus de semblables pénitences.

Pour l’entrée en Carême, le mercredi des cendres, les fidèles se rendent à l’église, où le prêtre leur fait une croix sur le front avec de la cendre, en prononçant ce verset de la Genèse (3, 19):  « Homme souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière. » Cette cérémonie fut instituée par Grégoire Ier.
Ce geste marque ainsi le début d’une démarche de conversion, de retournement et d’effort sur soi pour se tourner vers le Seigneur (c’est le sens du mot pénitence). Si la cendre évoque la faiblesse de l’homme (cf. Genèse 3, 19 « Souviens-toi que tu es poussière…« ), elle évoque aussi le péché et la fragilité de l’homme (cf. Sagesse 15, 10 ; Ézéchiel 28, 18 ; Malachie 3, 21)
et son regret du péché (cf. Judith 4, 11-15 ; Ézéchiel 27, 30). Pour les chrétiens, l’imposition des cendres est avant tout, un rite pénitentiel dont la signification est portée par la phrase que prononce le prêtre en faisant le geste : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. » (Marc 1, 15).
Se couvrir de cendre, c’est donc réaliser une sorte de confession publique mimée. Par le langage de cette matière sans vie qui retourne en poussière, l’homme se reconnaît pécheur et fragile. A celui qui avoue ainsi son néant, se fait entendre la promesse du Messie qui vient triompher du péché et de la mort, « consoler les affligés et leur donner, au lieu de cendre, un diadème. »

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s