Abbé Pierre 10 ans déjà

hommage ce week-end un peu partout en France au fondateur d’Emmaüs,  mort le 22 janvier 2007 à 94 ans.

Emmaus appelle à poursuivre sa lutte contre la pauvreté.

Plus de 140.000 personnes sont sans abri en France selon les chiffres de l’Insee, et 4 millions de personnes sont mal logées, d’après la Fondation Abbé Pierre.

En 1954, un bébé puis une femme meurent de froid en janvier et en février. L’abbé Pierre lance alors un cri de détresse sur les ondes de Radio Luxembourg : c’est « l’insurrection de la bonté » à Paris et en province. Lire la suite

Paix du cœur, joie du cœur

coeurQuand l’échec, les épreuves, les découragement pèsent lourdement sur les épaules, comment se rappeler toujours une des réalités les plus essentielles pour toute l’existence ? Cette réalité prend vie à l’intérieur de la personne humaine. Elle porte le nom de paix du cœur.

Cette paix des profondeurs réanime une communion parfois assoupie. Et se lève le bel étonnement. Et s’éveillent des joies inespérées, une simplicité de vie, un souffle poétique et, pour ceux qui peuvent le saisir, une vision mystique de l’être humain.

De la paix du cœur jaillissent, toutes spontanées, de petites joies, des bonheurs inespérés. Lire la suite

Les épreuves d’une tasse à thé

argileJe me rappelle l’époque où, avant d’être une tasse, je n’étais qu’une boule d’argile. Un jour, mon Maître s’empara de moi puis se mit à me frapper de ses mains, à me modeler. Cela me faisait mal et je le suppliai d’arrêter, mais il se contenta de me sourire en disant:                » PAS ENCORE !  » J’avais si mal au cœur que je croyais que ma fin était venue. Heureusement, il finit par me sortir de là!

Puis il me plaça sur un tour de potier et me fit tourner, tourner…

Je ne comprenais pas pourquoi il voulait me faire passer par le feu. Alors, je hurlai, je Le suppliai d’arrêter, de me faire sortir. À travers la porte vitrée, je distinguais encore son visage, et je le vis me sourire et hocher la tête en disant: « PAS ENCORE ! » Lire la suite

Bienheureux les miséricordieux.

Agneau de Dieu

Le chrétien qui, du fond de lui même, sait qu’il a été sauvé, qu’il est continuellement sauvé, comment serait-il dur, méprisant pour ses frères ? Saint Bernard enseigne que la miséricorde pour autrui commence par l’expérience de sa propre misère : « Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre. » (Jean8)

Nous n’y ferons jamais assez attention.

Peu de choses sont aussi opposées à l’esprit du Christ qu’un pharisaïsme inconscient qui se glisse si facilement partout. Le monde en est rempli : scandales pharisaïques, « indignations vertueuses », discours sur la vraie justice, la vraie religion, propos moralisateurs, etc… Aucun de de nous ne peut s’en dire totalement exempt. Tous, plus ou moins, nous avons l’impression d’avoir la vérité, le bon droit, d’être dans le bon camp, etc.. Lire la suite

Fête des Rois

étoile du BergerLe mot Épiphanie veut dire manifestation. C’est qu’en effet, le 6 janvier, l’Église célèbre une triple manifestation de Jésus-Christ, qui, d’après certaines traditions, aurait eu lieu le même jour, quoique à différentes années.

La fête de l’Épiphanie a donc trois objets:

  • 1° la manifestation de la divinité du Sauveur aux Mages par l’étoile miraculeuse qui les conduisit à l’étable de Bethléem;
  • 2o la manifestation de la divinité du Christ aux Juifs pendant Son baptême, sur les bords du Jourdain;
  • 3ola manifestation de cette même divinité aux noces de Cana, où Jésus changea l’eau en vin. Toutefois, l’objet principal de cette fête, c’est bien la manifestation de la divinité de Jésus aux Mages et la vocation des peuples à la foi chrétienne.

L’Évangile nous apprend comment les Mages, guidés par une étoile merveilleuse et plus encore poussés par l’Esprit de Dieu, entreprirent un long et pénible voyage à la recherche d’un roi nouveau-né; il nous apprend aussi le trouble de la ville de Jérusalem à cette nouvelle, les craintes et les projets perfides d’Hérode; Lire la suite

Janvier : mois de la sainte enfance de Jésus

Les rois magesÉpiphanie : le mot signifie « manifestation » en grec. C’est, la fête qui honore Jésus comme enfant-Dieu . On commémore aussi l’adoration des Rois mages .
Les Rois mages sont, selon la tradition, venus à Bethléem guidés par une étoile. Ils apportent de l’or, de l’encens et de la myrrhe ( résine odorante) .
Gaspar, Melchior et Balthazar sont les noms qu’on leur a donnés au Xe siècle. Plus tard, on a considéré qu’ils représentaient les trois continents .
Aujourd’hui cette fête est symbolisée par la galette des rois partagée en famille et avec des amis.

Quelques Saints du mois

Lire la suite

Il y a trois ennemis forts et acharnés que tu as à vaincre

Exile de Jésus Quand Joseph était en exil avec l’enfant et la mère, il a appris de l’ange, pendant son sommeil, qu’Hérode était mort ; mais, ayant entendu dire qu’Archelaüs son fils régnait dans le pays, il n’en a pas moins continué d’avoir grande crainte que l’enfant ne soit tué. Hérode, qui poursuivait l’enfant et voulait le tuer, c’est le monde qui, sans aucun doute, tue l’enfant, le monde qu’il faut nécessairement fuir si on veut sauver l’enfant. Mais une fois qu’on a fui le monde extérieurement…, Archelaüs se lève et règne : il y a encore tout un monde en toi, un monde dont tu ne triompheras pas sans beaucoup d’application et le secours de Dieu.

Car il y a trois ennemis forts et acharnés que tu as à vaincre en toi, et c’est à peine si jamais on en triomphe. Lire la suite

Incroyable ! c’est impensable ! pas possible !… pas possible !

Jésus bébéIl est bien évident que pour nous une chose n’existe que dans la mesure où nous en prenons conscience. Nous avons pu côtoyer un grand personnage sans le savoir, sans le deviner et cela n’a rien fait dans notre vie, n’a rien changé dans notre vie : nous ne le savions pas ! Nous avons pu être l’objet d’un geste qui voulait traduire une amitié, toute une tendresse, un geste qui supposait peut-être d’immenses sacrifices d’immenses renoncements, et parce que nous n’avons pas su déceler, découvrir tout ce que ce geste voulait dire, il nous a semblé un geste bien ordinaire et banal.

Il en est ainsi de l’amour fou de Dieu pour nous ! Si nous ne prenons pas conscience de l’amour que suppose cette naissance de Jésus à Bethléem en cette nuit de Noël, ça ne nous fera ni chaud ni froid, ça ne changera rien dans notre vie ! Mais si, grâce à la lumière de l’Esprit Saint, de l’Esprit de Dieu qui, lui est seul capable de nous révéler les mystères du Seigneur et surtout le mystère de son Amour, nous arrivons en ce jour à mieux découvrir cette folie de l’amour de Dieu, alors je crois, je pense, j’espère que notre vie toute entière en sera marquée pour toujours…

« Pas possible !… pas possible… » Vous l’avez entendu ce dialogue entre des amis ou entre des amoureux qui s’aiment d’un amour vrai et formidable . « Pas possible ! Tu as fait un si long voyage malgré la fatigue, malgré la maladie, pour venir jusqu’à moi ?… Pas possible tu me fais ce cadeau ! Mais c’est une fortune, c’est une folie ! Pas possible, tu m’aimes à ce point-là ?… » Lire la suite