Mgr Grillo est mort le jour de la fête de Marie Reine

Mgr GrilloMgr Grillo est mort le 22 août 2016, jour de la fête de Marie Reine, est-ce un signe supplémentaire de Notre-Dame ?

Petit rappel en résumé de cette histoire extraordinaire.

Le 2 février 1995, une petite statue se trouvant dans le jardin de la famille Gregori de la paroisse Saint Augustin à Civitavecchia, s’est mise à verser des larmes. Des larmes de sang.

Du 2 février au 15 mars, elle a pleuré 14 fois.

L’Évêque de Civitavecchia n’était pas très marial. Il l’a lui-même témoigné. Cette petite statue rapporté par la famille Gregori de Medjugorje, a été mise dans les mains de l’Evêque, Monseigneur Jerôme Grillo. L’Évêque a vu des larmes de sang couler sur le visage de la statue de Notre-Dame. Lire la suite

Sainte Thérèse d’Avila

sainte Thérèse d’AvilaOn a souvent dit de sainte Thérèse d’Avila qu’elle était la plus grande sainte de l’histoire, la plus remarquable par sa vie intérieure, par son courage et par l’œuvre extraordinaire qu’elle a accomplie. Je partage cet avis.

Thérèse de Ahumada est née dans une famille d’origine juive, quatre ans avant que Luther ne rompe avec l’Église catholique et ne déclanche en 1519 ce mouvement de réforme qui a aboutit à la division et au morcellement du christianisme en Europe. L’ancien moine Luther l’a amèrement regretté. Dans une lettre à Zwingle, le Réformateur de Bâle, il a écrit vers 1530 : « Il est terrifiant de devoir reconnaître que dans le passé tout était calme et tranquille, alors qu’aujourd’hui surgissent dans tous les pays des groupes de révoltés; c’est une abomination qui fait pitié. Je dois confesser que mes doctrines ont produit de nombreux scandales. Oui, je ne puis le nier. Souvent cela m’épouvante, spécialement quand ma conscience me rappelle que j’ai détruit la situation en place de l’Église, si calme et si tranquille sous la papauté ».

Il n’est donc pas surprenant que, pour sauvegarder l’unité de son Église, le Christ ait profondément assisté des réformateurs catholiques comme Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, Ignace de Loyola, puis Vincent de Paul et tant d’autres grands saints au XVIe siècle. Mais cela ne se fait pas sans difficultés. Jean de la Croix a dû demeurer enfermé durant deux ans, tant les carmes de son temps ne voulaient pas entendre parler de réforme. Et Thérèse d’Avila, qui a aimé l’Église passionnément, comme la mère qui l’a façonnée, qui l’a nourrie et lui a fait don de la vie chrétienne, a aussi souffert par l’Église. Lire la suite

Jésus te parle

Saint SacrementPour Me plaire, il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’instruction ; il suffit que tu m’aimes beaucoup. Parle-moi avec simplicité, comme tu parlerais avec ton ami le plus intime.

As-tu quelque chose à Me demander pour quelqu’un ?

Dis-Moi son nom et ce que tu voudrais que je fasse maintenant pour lui. Demande beaucoup! N’hésite pas à demander. Parle-Moi également avec simplicité et sincérité des pauvres que tu veux consoler, des malades que tu vois souffrir, des égarés que tu désires voir revenir sur le droit chemin. Dis-Moi au moins une parole pour chacun.

Et pour toi-même, n’as-tu pas besoin de quelque chose ? Lire la suite

Il s’est penché sur son humble servante

L’humilté de Marie

Une grâce exceptionnelle

Vierge Marie et l'Enfant JésusPréservée du péché originel, Marie a eu le privilège d’avoir un cœur tout entier orienté vers Dieu. Aucun repli sur elle-même dans son âme, aucune recherche d’elle-même, aucun besoin de se mettre au-dessus des autres. N’ayant pas été abîmée par les séquelles du péché originel, sa liberté n’avait pas cette terrible facilité de commettre le mal, de se mettre au-dessus de Dieu. Facilité qui, loin d’être une perfection de notre liberté, est une blessure. Elle vivait spontanément ce qu’elle lisait dans le psaume 131 (130) : Seigneur, je n’ai pas le cœur fier ni le regard ambitieux je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent. Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse ; mon âme est en moi comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère.

Une remise perpétuelle entre les mains du Seigneur Lire la suite

Philippe Neri, le saint de la joie.

Philippe NeriSaint Philippe Neri, lui, est un simple prêtre séculier, originaire de Florence, qui vit durant de longues années presque sans bouger en plein coeur de Rome. Rien de si fantastique si ce n’est qu’il convertit des milliers de gens. Si bien qu’on décerne bientôt à Philippe le titre de « Réformateur de Rome ». L’illustre Henri Bremond en rajoute : « Philippe était l’un des grands créateurs de la Contre-Réforme, peut-être le plus grand de tous, aucun autre n’ayant sans doute travaillé avec autant de succès à modifier le visage de la Ville Éternelle en une époque totalement désespérée ». Cela dérange ses contemporains (les saints dérangent et irritent bien des gens) au point que saint Philippe est jalousé, calomnié et très souvent menacé de diverses condamnations, même par des papes. Mais il ne se décourage jamais tant son amour pour Dieu est immense. Philippe, lui, a si bien su faire la part des choses que Dieu s’en est même servi,  pour fonder une association de prêtres qui existe toujours et qui demeure l’une des plus importantes de l’Église: les Oratoriens. Ces prêtres oratoriens sont souvent très remarquables. Pensons au cardinal Newman dans l’Angleterre du XIXe siècle ou aux Pères Louis Bouyer et François Houang en France au XXe siècle, tous trois oratoriens, tous trois d’éminents convertis soit de l’anglicanisme, du protestantisme ou du communisme athée.

A l’exemple de Philippe Neri,

Lire la suite

La Transfiguration de Jésus

Fête de la Transfiguration du Seigneur
Partons à la découverte du « Carnet d’un ermite urbain »

Carnet d'un ermite urbain

thGNUYT46R

À la veille de la fête de la Transfiguration de Jésus (célébrée le 6 août), il convient de s’arrêter quelques moments devant cet événement spécial de la vie du Seigneur. Voici donc un texte écrit au 7e siècle par un moine vivant dans la péninsule du Sinaï: Anastase le Sinaïte. Les moines ont toujours eu une grande dévotion à la Transfiguration de Jésus car porteuse, à leurs yeux, d’un appel à la sanctification personnelle dans la solitude, la prière et l’ascèse. Écoutons le moine Anastase:

« Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean et les emmène à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux, son visage devint brillant comme le soleil et ses vêtements blancs comme la neige. » (Matthieu 17, 1-2).  (…) C’est donc vers la montagne qu’il nous faut nous hâter, j’ose le dire, comme l’a fait Jésus qui, là comme dans le ciel, est notre…

View original post 206 mots de plus

Qu’est-ce que la foi ?

La foi fait des miraclesOn en a donné tant de définitions que mieux vaudrait, une fois pour toutes, la dire indéfinissable. Pour les uns, c’est un acquiescement à la parole de Dieu, mais encore faut-il que Dieu existe, et qu’il parle, ce qui présuppose ce que l’on veut démontrer. Pour d’autres, c’est une grâce, de sorte qu’il est inutile de la chercher quand on ne l’a pas.

La plupart des penseurs modernes voient dans la foi le fait d’une intelligence qui prend acte de ses limites, et s’en remet pour le reste à une mystérieuse puissance supérieure qui régirait le monde et même sa propre existence. On trouve une trace de ce genre d’abdication intellectuelle dans l’expression populaire/ « Pour croire cela, il faut vraiment avoir la foi », ce qui revient à dire qu’il faut parfois, pour croire, faire taire sa raison. Lire la suite

Les derniers mots du père Jacques Hamel « Va-t-en, Satan ! »

obsèques sous haute sécurité du père Jacques Hamel à Rouen

Obsèques du Père Jacques HamelQuelque 2000 personnes se sont réunies mardi à la cathédrale de Rouen pour assister aux obsèques solennelles du prêtre égorgé il y a une semaine dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray. Une cérémonie entourée d’un dispositif de très haute sécurité.

Le cercueil, porté par quatre personnes, a fait son entrée dans l’édifice, précédé et suivi par une procession de nombreux prêtres en aube blanche et étole violette, la couleur du deuil. Les fidèles ont bravé la pluie pour participer à cet hommage au père Jacques Hamel, 85 ans. Lire la suite

Les cloches sonneront le 15 août en France

Mgr Georges Pontier.Les cloches des églises sonneront à toute volée en France, à midi, le 15 août, en la fête de l’Assomption de la Vierge Marie, jour traditionnel de prière pour la France: c’est ce que demande le président de la Conférence des évêques de France (CEF) et archevêque de Marseille, Mgr Georges Pontier.

« Prier pour la France a souvent tenu une place particulière le 15 août pour les Catholiques », souligne Mgr Pontier dans un communiqué de ce 1er août 2016: « En cette fête d’espérance nous invitons à ce que la prière universelle des messes de ce jour mentionne cette intention et qu’à midi sonnent à la volée les cloches de nos églises. »

« Que Dieu bénisse notre pays dans les épreuves qu’il traverse », conclut Mgr Pontier.

source Zenit