Bien-aimés de Dieu

ouvre tes brasNous voici arrivés au seuil du Carême, ce saint temps où nous faisons un effort pour nous rapprocher du Seigneur, pour éviter ce qui nous éloigne de lui et l’attriste, et pratiquer ce qui nous rapproche de lui et le réjouit. Un temps de conversion.

Le Seigneur, lui, de son côté, est proche de nous. Il est présent à chaque instant de notre vie, il connait nos pensées, nos sentiments, tout ce que nous traversons.
Le ‘problème’ n’est pas de son côté mais du nôtre. Si nous n’avons pas encore perçu sa présence, son amour pour nous, sa paix, reconnu la joie qu’il donne quand nous agissons et pensons comme lui, c’est le plus souvent par un manque de présence à nous-mêmes, dans la vérité de ce que nous vivons. Même quand nous prions, nous pouvons le faire sans être conscient de sentiments ou de pensées qui pourtant nous habitent et ne sont pas selon le Seigneur, et qui donc nous éloignent, nous séparent de lui, qui est pourtant le plus proche de moi qu’il soit possible d’être et qui souffre de me voir ainsi séparé de lui et plus ou moins malheureux, alors qu’il voudrait tant me prendre sur son Coeur comme un Père son enfant bien-aimé.

Le Seigneur est là pour me sauver.

Avec son amour infini et toujours bienveillant pour moi, il cherche à me rejoindre là où j’ai mal, là où je suis mal, là où je fais (le) mal. Là où je suis malheureux, ou j’ai peur, où j’ai perdu tout espérance, tout courage ou envie de vivre…
Par exemple, quelqu’un m’a blessé, d’une manière ou d’une autre, injustement. Et je commence à lui en vouloir, en fait à lui vouloir du mal. Par rapport à lui, mes pensées, mes paroles, mes sentiments, mes actes ne sont pas ceux de l’amour, pas ceux de Dieu. Il me faut en prendre conscience car ils me coupent et m’éloignent de Dieu. Pour cela il est d’un immense profit (ma vie en Dieu, maintenant et dans l’éternité !) de prendre l’habitude d’un temps quotidien où je me retire, un moment, là où je peux être présent à moi-même, à tout ce qui m’habite, en même temps qu’au Seigneur, qui est là, dans le secret. « Quand tu pries, retire-toi dans ta chambre et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » Matthieu 6,6. Paroles de Jésus !
Ainsi je peux prendre conscience de ce qu’il y a vraiment en mon coeur et le Seigneur peut alors me rejoindre en vérité, dans le concret de ma vie. C’est un chemin de conversion, un chemin de vie spirituelle, où l’Esprit Saint va peu à peu pouvoir, grâce à l’ouverture de mon coeur, m’éclairer, me conduire, me corriger, pour que je puisse accueillir et connaître, ressentir l’amour de mon Père et de Jésus, être libéré de ce qui est mauvais ou faux et recevoir de pouvoir vivre de plus en plus avec le Seigneur.
Et c’est avec tout ce qui me fait mal (deuil, échec, maladie, difficultés relationnelles, solitude, pauvreté…) qu’il est bon que je vienne auprès de lui, en particulier mes faiblesses et mes fautes qui me font me couper moi-même de lui, alors qu’il m’attend avec tendresse. Demandons-lui la foi, l’amour et la persévérance dont nous avons besoin pour marcher sur ce chemin de résurrection, de Pâques.
Joyeux Carême !
p. Geoffroy

Publicités

3 commentaires sur “Bien-aimés de Dieu

Ajouter un commentaire

  1. L’examen de conscience est nécessaire si nous voulons avancer sur le chemin de la perfection. Pour qui vit dans le silence, cet examen quotidien se fait automatiquement; pour les autres, il faut en prendre l’habitude, une fois par jour.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonsoir, il faut faire silence en soi, éviter les pensées tumultueuses, se laisser envahir par la présence de Dieu et seulement après prier,le monde a bien besoin de prières. Bonne soirée Amicalement MTH

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ce bel article. Je crois qu’il faut laisser de l’espace à Dieu en nous pour qu’Il nous transforme, nous configure à Lui. Il peut-être stérile de trop nous mortifier en nous affligeant de nos défauts et manquements. Obéissons à l’Amour, cherchons sans cesse à Lui faire plaisir, Il sait si bien nous élever jusqu’à Lui, si nous nous abandonnons à Lui.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :