Saint Roch devenir pauvre pour servir les pauvres !

Saint RochQuand on a quinze ans au XIVème siècle, on a l’âge d’homme. Si beaucoup de garçons de son milieu et de son âge rêvent d’être professeurs de Droit, chirurgiens ou chevaliers, lui a choisi d’aider, de réconforter, de consoler ses frères exclus.

D’ailleurs, les événements vont bientôt se charger de précipiter les choix faits dans le secret de son coeur.

Avant de mourir, le père gravement malade confie à son fils : « Roch, mon cher enfant et mon seul héritier ! Je vais quitter cette vie mortelle, dans l’espérance d’avoir part au Royaume des cieux. Mon très doux enfant, voici ce que je te recommande : mets-toi au service du Christ ! Sois bon pour les pauvres, multiplie les aumônes, visite et soigne les malades, ce sont les frères de Jésus ! »

Terrassé par une forte fièvre, Jean rend son âme à Dieu, suivi peu après par Libère.

Âgé de quinze ans, Roch a reçu de ses parents le modèle de l’amour chrétien, le témoignage de leur charité, authentique incarnation de leur foi rayonnante. Ils ont été pour lui la première école de sainteté.

Maintenant c’est le passage à l’acte. Il lui faut entreprendre ce qu’il porte depuis si longtemps dans son coeur : servir ses frères souffrants, les soigner, prier pour eux.

Il ne faut pas omettre de dire que Montpellier possède depuis 1141 des écoles de médecine et de droit, puis en 1289 une université où, plus tard, Rabelais viendra y étudier. Sa faculté de médecine est la plus ancienne et la plus prestigieuse d’Europe. Là, Roch y côtoie les plus célèbres chirurgiens et apothicaires du temps.

Peu à peu, Roch prend ses dispositions en vue du partage de ses biens. En secret, il vend tout ce qu’il peut et en distribue le prix aux jeunes femmes pauvres, aux veuves, aux cloîtres et aux hôpitaux. Il cède ensuite à un frère de son père le reste de ses biens et tous ses droits à la succession paternelle. Lire la suite

Publicités