Je suis croyant, pas pratiquant…

Le Saint SacrementJe demande à l’Eglise le baptême pour mon enfant, ou des obsèques pour quelqu’un de ma famille, ou le mariage, mais je vis toute ma vie hors de l’Eglise.
Quand je dialogue avec ceux qui me parlent ainsi, je me rends compte que, souvent, en fait, ils ne croient pas. Ils croient en ‘quelque chose‘, et ce début de foi est important, déjà très précieux, mais ils ne croient pas que Jésus soit le Fils de Dieu, qu’il soit ressuscité, que Dieu soit notre Père… Pour être en vérité, il faut reconnaître qu’ils ne sont pas chrétiens !
 »Quelque chose » ne peut pas m’aimer, seul quelqu’un peut m’aimer.
Même baptisé, nous ne commençons à devenir chrétiens, et à accueillir la grâce reçue à notre baptême, que le jour où nous commençons à accueillir Jésus comme le Fils de Dieu, celui qui peut dire : «Je suis le Chemin, la Vie, la Vérité » Jean 14,6. Celui qui me donne de pouvoir vivre dans une lumière nouvelle, celle de l’amour de Dieu, de Dieu mon Père et de son projet pour moi ( pour nous tous) : la vie éternelle et bienheureuse. Lire la suite

Publicités

Panorama de l’Eglise dans le monde

Eglise CatholiqueCité du Vatican (Agence Fides) – A l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, qui parvient cette année à sa 90ème célébration, le Dimanche 23 octobre, l’Agence Fides présente comme d’habitude un certain nombre de statistiques choisies de manière à offrir un panorama de l’Eglise dans le monde. Les tableaux sont extraits du dernier Annuaire statistique de l’Eglise (mis à jour au 31 décembre 2014) et concernent les membres de l’Eglise, ses structures pastorales, les activités dans le domaine sanitaire, de l’assistance et de l’éducation. Entre parenthèses est indiquée la variation – augmentation (+) ou diminution (-) – par rapport à l’année précédente, selon la comparaison effectuée par l’Agence Fides.

Population mondiale

Au 31 décembre 2014, la population mondiale s’élevait à 7.160.739.000 personnes, avec une augmentation de 66.941.000 par rapport à l’année précédente. L’augmentation totale concerne cette année encore tous les continents, à l’exception de l’Europe. Les augmentations les plus consistantes concernant, encore une fois l’Asie (+ 37.349.000) et l’Afrique (+23.000.000), suivis par l’Amérique (+8.657.000) et l’Océanie (+649.000). L’Europe en revanche voit sa population diminuer (-2.714.000).

Nombre de catholiques

Lire la suite

L’église de Saint-Etienne-du-Rouvray retrouve ses fidèles

Deux mois après l’assassinat du Père Hamel par deux djihadistes. L’église de Saint-Etienne-du-Rouvray a rouvert ses portes aux fidèles dimanche après-midi, lors d’une cérémonie empreinte d’émotion conduite par l’archevêque de Rouen.

A la tête d’une procession de plusieurs centaines de fidèles dans les rues de la ville, Mgr Lebrun est entré dans l’église après avoir prononcé une prière devant sa porte, qu’il avait auparavant déclarée «sainte».

BénédictionLes fidèles ont alors pénétré dans le lieu de culte et l’archevêque a replacé au mur la croix qui avait été descellée par les deux djihadistes.

Accompagné par les «alléluias» de l’assemblée, il a ensuite aspergé d’eau bénite les murs, l’autel et le sol, ainsi que les fidèles, comme le veut « le rite de réparation destiné à laver la profanation de l’attentat. »

 

Sœur Danielle, qui avait donné l’alerte le jour de l’attaque,

Lire la suite

Sainte Jeanne d’Arc

Jeanne d'ArcJe voudrais aujourd’hui vous parler de Jeanne d’Arc, une jeune sainte de la fin du Moyen-âge, morte à 19 ans, en 1431. Cette sainte française, citée à plusieurs reprises dans le Catéchisme de l’Eglise catholique, est particulièrement proche de sainte Catherine de Sienne, patronne d’Italie et de l’Europe, dont j’ai parlé dans une récente catéchèse. Ce sont en effet deux jeunes femmes du peuple, laïques et consacrées dans la virginité; deux mystiques engagées non dans le cloître, mais au milieu de la réalité la plus dramatique de l’Eglise et du monde de leur temps. Ce sont peut-être les figures les plus caractéristiques de ces «femmes fortes» qui, à la fin du Moyen-âge, portèrent sans peur la grande lumière de l’Evangile dans les complexes événements de l’histoire. Nous pourrions les rapprocher des saintes femmes qui restèrent sur le Calvaire, à côté de Jésus crucifié et de Marie sa Mère, tandis que les Apôtres avaient fui et que Pierre lui-même l’avait renié trois fois. L’Eglise, à cette époque, vivait la crise profonde du grand schisme d’Occident, qui dura près de 40 ans. Lorsque Catherine de Sienne meurt, en 1380, il y a un Pape et un Antipape; quand Jeanne naît en 1412, il y a un Pape et deux Antipapes. Avec ce déchirement à l’intérieur de l’Eglise, des guerres fratricides continuelles divisaient les peuples chrétiens d’Europe, la plus dramatique d’entre elles ayant été l’interminable «Guerre de cent ans» entre la France et l’Angleterre.

Jeanne d’Arc ne savait ni lire ni écrire, mais elle peut être connue dans la

profondeur de son âme grâce à deux sources d’une valeur historique exceptionnelle: les deux Procès qui la concernent. Le premier, le Procès de condamnation , contient la transcription des longs et nombreux interrogatoires de Jeanne durant les derniers mois de sa vie (février-mai 1431), et reporte les paroles mêmes de la sainte. Le second, le Procès en nullité de la condamnation, ou de «réhabilitation», contient les dépositions d’environ 120 témoins oculaires de toutes les périodes de sa vie (cf. Procès de condamnation de Jeanne d’Arc, 3 vol. et Procès en nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc, 5 vol., ed. Klincksieck, Paris 1960-1989).

Jeanne naît à Domremy, un petit village à la frontière entre la France et la Lorraine. Ses parents sont des paysans aisés, connus de tous comme d’excellents chrétiens. Elle reçoit d’eux une bonne éducation religieuse, avec une influence importante de la spiritualité du Nom de Jésus, enseignée par saint Bernardin de Sienne et répandue en Europe par les franciscains. Au Nom de Jésus est toujours uni le Nom de Marie et ainsi, sur un fond de religiosité populaire, la spiritualité de Jeanne est profondément christocentrique et mariale. Depuis l’enfance, elle démontre une grande charité et compassion envers les plus pauvres, les malades et tous les souffrants, dans le contexte dramatique de la guerre. Lire la suite

Sainte Cécile

Pendant déjà plus de mille ans, Cécile a été l’un des martyrs des débuts de l’Eglise les plus vénérés. Son nom, le fait qu’elle fonda une église et qu’elle fut enterrée dans une crypte des catacombes de St Callixte, le contexte tout comme l’existence d’un Valérien et d’un Tubercius est tout ce qui est historiquement vérifiable a son sujet. Toutefois, il est certain que cette vie de saint est basée sur quelques faits réels.

Sainte Cécile

L’histoire de Sainte Cécile, qui n’est pas dénuée de beauté et de mérite, est construite en partie de légendes. La romance de Cécile et Valérien est connue depuis la légendaire passion de Cécile écrite en 535. A cette époque, beaucoup de fondateurs d’église et martyrs ont été canonisés. La première mention de Cécile dans le canon de la messe date de 496.

Ste Cécile naquit dans la noble famille pratiquante de Rome des Coecilia dont sont issus beaucoup de sénateurs. Elle possédait tous les dons de grâce, de beauté et d’innocence qu’une jeune fille pouvait avoir. Riche et cultivée, elle était fervente des arts et avait un talent tout particulier pour la musique. Très jeune, elle voua sa vie à Dieu et fit vœu de virginité. Lire la suite

La persécution, le pain quotidien de l’Église

La persécution, c’est « le pain quotidien de l’Église », sous deux formes, indique le pape François : la persécution sanglante et une grande apostasie, une persécution « idéologique ».

Pape et Christ
Il existe des persécutions sanglantes – être jeté aux fauves, ou être victime d’une bombe à la sortie de la messe – et des « persécutions en gants blancs, des persécutions culturelles, celles qui te confinent dans un recoin de la société, qui en viennent à te faire perdre ton travail si tu n’adhères pas aux lois qui vont contre Dieu Créateur », a expliqué le pape.

« La persécution, je dirais, c’est le pain quotidien de l’Église. Jésus l’a dit. Nous, quand nous faisons un peu de tourisme à Rome et allons au Colisée, nous pensons que les martyrs étaient ceux qui étaient tués avec les lions. Mais les martyrs n’ont pas été seulement ceux-là. Ce sont des hommes et femmes de tous les jours : aujourd’hui, le jour de Pâques, il y a à peine trois semaines… Ces chrétiens qui fêtaient Pâques au Pakistan ont été martyrisés justement parce qu’ils fêtaient le Christ Ressuscité. Et ainsi l’histoire de l’Église avance avec ses martyrs », a encore expliqué le pape François.

Puis il a ajouté :

Lire la suite

Le pape a demandé l’intercession de la Vierge

Le pape a demandé l’intercession de la Vierge pour aider à « transmettre les merveilles du Seigneur » aux autres.

C’est ce qu’il a écrit dans un tweet posté sur son compte @Pontifex_fr ce mardi, 2 février :

Le Pape et Marie

« Que Marie, Mère de Jésus, nous aide à transmettre les merveilles du Seigneur à ceux que nous rencontrons sur notre chemin ! »

Le pape a parlé à plusieurs reprises du rôle central de la Vierge dans l’annonce de la Bonne Nouvelle : « Elle est la Mère de l’Église évangélisatrice, écrit-il dans sa lettre apostolique Evangelii gaudium, et sans elle nous n’arrivons pas à comprendre pleinement l’esprit de la nouvelle évangélisation. » Lire la suite