La présence du Ressuscité

Ressuscité

Jésus atteste sa présence de ressuscité. Jésus apparaît, Il se manifeste, à Marie de Magdala, aux deux disciples, aux Onze. Ces témoins vont annoncer ce qu’ils ont vu. On ne les croit pas. Jésus doit « imposer  » sa présence : la résurrection est tellement inouïe ! « Il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscité. »

Cette fin de l’Évangile est brève, laconique.

L’événement n’a pas besoin de grands mots ni de long discours. Il est là et appelle la foi. Il est tellement fort qu’il ouvre sur un avenir et un horizon sans limites ; « le monde entier, toutes les créatures ». La bonne nouvelle est emplie d’une vigueur de résurrection, capable de pénétrer l’épaisseur du monde, et d’y apporter un ferment de renouveau. C’est le sens de ces signes dont l’accumulation est le caractère inouï expriment la puissance de l’Évangile, qui n’est pas seulement parole pour l’intelligence, mais levain pour transformer l’existence. Lire la suite

Tu me dis : Jésus, oui ! L’église, non !

Daniel AngeLaisse moi te dire : pour t’avoir déçue, pour n’avoir pas été plus transparente au visage de Jésus, pour avoir si mal vécu l’Évangile, à l’Eglise, veux-tu pardonner ? veux-tu te mettre à l’aimer comme l’aime Jésus ? Non pas malgré ses faiblesses, mais à cause   d’elle ? L’aimer comme on aime sa maman, quelles que soient ses infirmités ? Et puis la regarder là ou elle est la plus belle : ses mains toujours à panser les plaies infectées de l’humanité, en première ligne sur le front de la misère. Son coeur ouvert : la ou elle est persécutée, représentant l’ultime espace de liberté. Ses lèvres pose un baiser sur les plus mal aimés : partout ou un geste d’amour est vécu, où brille un éclat de vérité, l’Eglise est là. Car ses frontières ne coïncident pas avec les murs de nos églises. Surtout regarde la en ses saints. Ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui !          Et puis, es-tu prêt à faire que demain elle ne porte plus les rides qu’aujourd’hui  tu lui reproches ? Pour qu’elle soit la joie de ta jeunesse, et que ta jeunesse soit lumière ? Cela en devenant toi-même un saint ou une sainte ? Lire la suite

Qui est Jésus pour moi ?

« Qui est Jésus pour moi ? » Invitation du pape à nous poser, chaque jour, cette question.

Chers frères et sœurs, bonjour !

Aujourd’hui s’achève la lecture du chapitre six de l’Évangile de Jean et du discours sur le « Pain de vie », proclamé par Jésus au lendemain de la multiplication des pains et des poissons. À la fin du discours, le grand enthousiasme de la veille retomba car Jésus avait dit qu’il était le pain descendu du ciel, et qu’il donnerait sa chair comme nourriture et son sang comme boisson, faisant clairement allusion au sacrifice de sa propre vie. Ces paroles déçurent les gens, qui les trouvèrent indignes du Messie : ce n’étaient pas des paroles de « battant ». Certains considéraient Jésus de la sorte : comme un Messie qui devait parler et agir pour que sa mission réussisse, tout de suite. C’est précisément sur ce point qu’ils se trompaient : sur la manière de comprendre la mission du Messie ! Même les disciples n’arrivent pas à admettre ce langage inquiétant du Maître. Et le passage d’aujourd’hui montre bien qu’ils sont mal à l’aise : « Cette parole est dure ! disaient-ils. Qui peut l’écouter ? » (Jn6,60).

En réalité, les disciples ont bien compris le discours de Jésus.

Lire la suite

Diffusez l’Evangile dans tous les milieux de vie

« Ne vous lassez pas de vous confier au Christ et de diffuser son Évangile dans tous les milieux de vie » : c’est l’encouragement du pape François ce 4 mars 2015.

Au terme de l’audience générale, le pape a salué en italien les visiteurs présents place Saint-Pierre, en particulier « les professeurs et les étudiants de l’Université pontificale salésienne qui fêtent le bicentenaire de la naissance de saint Jean Bosco » (1815-2015).

Il a formulé le voeu que l’époque actuelle, « marquée par tant d’obscurité, soit toujours éclairée par le soleil de l’espérance qu’est le Christ : il a promis de rester toujours avec nous et manifeste sa présence de diverses façons ».

En réponse, il revient aux baptisés

Lire la suite

L’Église doit annoncer l’Évangile dans la pauvreté.

L’Eglise a pour mission de guérir et de libérer, explique le pape François, dans son homélie de ce 5 février, lors de la messe du matin en la chapelle de la résidence Sainte-Marthe du Vatican.

Guérir et libérer

« Voilà la mission de l’Église, a dit le pape : l’Église qui guérit, qui soigne. Parfois, j’ai parlé de l’Église comme d’un hôpital de campagne. C’est vrai : que de blessés il y a, que de blessés ! Combien de personnes qui ont besoin que leurs blessures soient guéries ! C’est cela, la mission de l’Église : guérir les blessures du cœur, ouvrir des portes, libérer, dire que Dieu est bon, que Dieu pardonne tout, que Dieu est père, que Dieu est tendre, que Dieu nous attend toujours… » Lire la suite