Paix du cœur, joie du cœur

coeurQuand l’échec, les épreuves, les découragement pèsent lourdement sur les épaules, comment se rappeler toujours une des réalités les plus essentielles pour toute l’existence ? Cette réalité prend vie à l’intérieur de la personne humaine. Elle porte le nom de paix du cœur.

Cette paix des profondeurs réanime une communion parfois assoupie. Et se lève le bel étonnement. Et s’éveillent des joies inespérées, une simplicité de vie, un souffle poétique et, pour ceux qui peuvent le saisir, une vision mystique de l’être humain.

De la paix du cœur jaillissent, toutes spontanées, de petites joies, des bonheurs inespérés. Lire la suite

Gâteau aux noix du temps de Noël

Retrouvons notre rubrique mensuelle sur « La Cuisine des Monastères »

recette

Au cœur d´un Bayeux couvert de guirlandes lumineuses, les Bénédictines du Monastère Sainte-Trinité s´apprêtent à rompre leur jeûne de l´Avent, leur joyeuse préparation du cœur et du corps à la venue du Seigneur. Sœur Marie-Jean avait récolté les fruits du gros noyer cet automne ; Mère Jean-Marie les décortique. Sœur Marie-France en fait d´abord sous nos yeux une crème de noix, puis le gâteau, son glaçage, ses pralines… Incorporer la poudre de noix aux blancs d´œuf sans les casser impose une délicatesse qui pourrait bien inspirer nos relations avec les autres durant le temps de Noël, suggère notre cuisinière préférée… Recette complète recueillie par François Lespès et mise à votre disposition sur ktotv.com/cuisine.

 

Pour visionner les autres recettes, il suffit de cliquer sur la catégorie « La Cuisine des Monastères » dans la barre de menus.

Dieu nous aime Jésus en témoigne

Crucifiction de JesusContemplez les blessures du Christ pendu en croix, le sang qu’il a versé en mourant, le prix dont il vous rachète… Il a la tête inclinée pour vous donner un baiser, le cœur ouvert pour vous chérir, les bras étendus pour vous embrasser, tout le corps exposé comme prix de votre rachat. Songer à la grandeur de ces mystères, pesez-les dans la balance de votre cœur, et que soit tout entier gravé dans votre cœur Celui qui tout entier fut pour vous cloué sur la croix.                              ( Saint Augustin)

Comme mon Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés.                                             Demeurez dans mon amour.                                                             Il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. (Jn 15, 9 et 13)

j’ai l’assurance que ni la mort, ni la vie, ni anges, ni principautés, ni présent, ni avenir, ni puissances, ni hauteur, ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus Notre Seigneur. (Romains, 8 39)

L’apprentissage de l’oraison

a) Se mettre en présence de Dieu:

oraisonLe premier [moyen pour se mettre en présence de Dieu] consiste en une vive et attentive appréhension de la toute présence de Dieu, c’est-à-dire que Dieu est en tout et partout, et qu’il n’y a lieu ni chose en ce monde où il ne soit d’une très aimable présence… Car encore que nous sachions bien qu’il est présent en toutes choses, si est-ce que n’y pensant point, c’est tout comme si nous ne le savions point. C’est pourquoi toujours, avant l’oraison il faut provoquer notre âme à une attentive pensée et considération de cette présence de Dieu…

Le second moyen de se mettre en cette sacrée présence c’est de penser que non seulement Dieu est au lieu où vous êtes, mais qu’il est très particulièrement en votre cœur et au fond de votre esprit, lequel il vivifie et anime de sa divine présence, étant là comme le cœur de votre cœur et l’esprit de votre esprit…

Le troisième moyen, c’est de considérer notre Sauveur, lequel en son humanité regarde depuis le ciel toutes les personnes du monde, mais particulièrement les chrétiens qui sont ses enfants, et plus spécialement ceux qui sont en prière.

La quatrième façon consiste à se servir de la simple imagination, nous représentant le Sauveur en son humanité sacrée comme s’il était près de nous…

Vous userez donc de l’un de ces quatre moyens, pour mettre votre âme en la présence de Dieu avant l’oraison; et il ne faut pas les vouloir employer tous ensemble, mais seulement un à la fois, et cela brièvement et simplement.

b) Invoquer Dieu

L’invocation se fait en cette manière: votre âme, se sentant en la présence de Dieu, se prosterne en une extrême révérence, se connaissant très indigne de demeurer devant une si souveraine Majesté, et néanmoins sachant que cette même Bonté le veut, elle lui demande la grâce de la bien servir et adorer en cette méditation… Lire la suite

Lettre de Mère Teresa sur l’amour de Jésus pour chacun

Mère TeresaMes enfants très chers, Sœurs, Frères et Pères, Cette lettre étant très personnelle, j’ai voulu l’écrire de ma propre main, mais il y autant de choses à dire… Mais même si elle n’est pas de ma main, elle sort de mon cœur ! Jésus veut que je vous dise encore – surtout en cette Semaine Sainte – combien il a d’amour pour chacun d’entre vous, au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. Je m’inquiète de ce que certains d’entre vous n’aient pas encore vraiment rencontré Jésus – seul à seul – : vous et Jésus seulement. Nous pouvons certes passer du temps à la chapelle, mais avez-vous perçu – avec les yeux de l’âme – avec quel amour il vous regarde ? Avez-vous vraiment fait connaissance avec Jésus vivant, non pas à partir de livres mais pour l’avoir hébergé dans votre cœur ? Avez-vous entendu ses mots d’amour ?

Demandez la grâce :

Lire la suite

Prière

Marie en Prière Seigneur Jésus,                                             crée en moi un coeur selon ton cœur,      un  cœur doux et humble,
filial et fraternel, dépouillé de moi,
enrichi de toi,
un cœur donné et donnant,
pardonné et pardonnant,
un cœur simple de serviteur,
un cœur fidèle et loyal,
grandi par tes pensées, ennobli par ton esprit,
un cœur pacifiant et sûr,
silencieux sous l’insulte,
un cœur exultant dans l’amitié,
joyeux de partager, heureux d’admirer,
un cœur juste et droit, tendre et ouvert,
attentif et écoutant, un cœur d’ami et de frère,
un cœur plus grand que l’univers,
offert à ton Amour
par les très douces mains de Marie

La guérison intérieur

« Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu« (Jn 11,40). Et tu la verras par ta Guérison interieurpropre vie, car Il te donnera un cœur nouveau, des yeux nouveaux, une mentalité nouvelle. Tu peux être un homme- ou une femme-amer, plein de haine, qui critique tout, qui dit du mal de tout, pour qui rien n’est bien ; mais dans la mesure où Jésus change ton cœur , Il te convertit en un homme-ou une femme- plein des sentiments de son propre cœur. Alors tu peux être témoin de la puissance de Dieu.

Beaucoup condamnent les autres en disant : « celui là est mauvais » Mais en fait, il n’y a pas de mauvais : il n’y a que des hommes et des femmes qui luttent avec des problèmes qui les écrasent. Jésus est venu rompre les chaines et nous donner la liberté. Ce qui nous paraissait pervers n’était que quelque chose que Jésus devait guérir. Lorsque le larron de la croix le supplia : « Souviens-toi de moi quand tu seras dans ton royaume« , Jésus ne lui a pas répondu :  » Eh bien, tu as été très mauvais, tu as volé beaucoup de gens et tu as tué. On va y réfléchir » Il ne lui a pas répondu non plus : « J’en parlerai demain à mon Père, pour voir ce qu’il pense de ton cas ». A Jésus a été donné tout pouvoir dans le ciel, sur la terre et dans les enfers. C’est pour cela qu’Il lui assura : « Aujourd’hui même, tu seras avec moi au paradis« . Lire la suite

Promesses de Jésus à Sainte Marguerite-Marie

En 1675, Notre-Seigneur déclare à sainte Marguerite-Marie Alacoque, religieuse de l’ordre de la Visitation, à Paray-le-Monial :

Sacré Coeur de Jésus
« Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné, jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour; et pour reconnaissance, je ne reçois de la plus grande partie que des ingratitudes, par les mépris’ irrévérences, sacrilèges et froideurs qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. Mais, ce qui est encore plus rebutant, c’est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés. C’est pour cela que je te demande que le premier vendredi d’après l’octave du Saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Cœur, en lui faisant réparation d’honneur par une amende honorable, communiant ce jour-là pour réparer les indignités qu’il a reçues pendant le temps qu’il a été exposé sur les autels ; et je te promets que mon Cœur se dilatera pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur ». Lire la suite