Quelques paroles du curé d’Ars

Par ses paroles Jean-Marie Vianney su toucher les cœurs et les guider vers Dieu.

Miséricorde et sacrement du Pardon

Saint curé d'Ars« Si nous comprenions bien ce que c’est d’être enfant de Dieu, nous ne pourrions faire le mal… être enfant de Dieu, oh, la belle dignité ! »

« La miséricorde de Dieu est comme un torrent débordé. Elle entraîne les cœurs sur son passage. »

« Ce n’est pas le pécheur qui revient à Dieu pour lui demander pardon, mais c’est Dieu qui court après le pécheur et qui le fait revenir à lui. »

« Donnons donc cette joie à ce bon Père : revenons à lui… et nous serons heureux. »

« Le bon Dieu est toujours disposé à nous recevoir. Sa patience nous attend ! »

« Il y en a qui donnent au Père Éternel un cœur dur. Oh, comme ils se trompent ! Le Père Éternel, pour désarmer sa justice, a donné à son Fils un cœur excessivement bon : on ne donne pas ce qu’on n’a pas… »

« Il y en a qui disent : “J’ai trop fait de mal, le Bon Dieu ne peut pas me pardonner”. C’est un gros blasphème. C’est mettre une borne à la miséricorde de Dieu, et elle n’en a point : elle est infinie. » Lire la suite

Tout de même !

Mère TeresaLes gens sont déraisonnables, illogiques et égocentriques
Aimez-les tout de même !

Si vous faites le bien, les gens vous prêtent des motifs égoïstes ou calculateurs
Faites le bien tout de même !

Si vous réussissez, vous gagnerez de faux amis et de vrais ennemis
Réussissez tout de même !

Le bien que vous faites sera oublié demain
Faites le bien tout de même !

L’honnêteté et la franchise vous rendent vulnérable
Soyez honnête et franc tout de même ! Lire la suite

Elle viendra à notre secours.

Marie

au cœur de l’été brille une grande fête, l’Assomption, chère au cœur des chrétiens, sans doute parce que c’est la fête d’une Maman. Une maman à la fois ordinaire, une ‘vraie’ maman, et extraordinaire, car son enfant vient du Ciel et est le Fils de Dieu. En même temps, il est comme nous, homme, dans les mêmes conditions de vie terrestre et difficile que partagent tous les hommes, avec bien des inégalités, des larmes, et trop souvent du sang.

Venant de Dieu, il y a deux grandes différences entre lui et nous :

Lire la suite

Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru !

Saint Thomas« Mets ton doigt dans la marque des clous », dit Jésus à Thomas.

« Tu me cherchais quand je n’étais pas là, profites-en maintenant. Je connais ton désir malgré ton silence. Avant que tu ne me le dises, je sais ce que tu penses. Je t’ai entendu parler, et quoique invisible, j’étais auprès de toi, auprès de tes doutes, et sans me faire voir, je t’ai fait attendre, pour mieux regarder ton impatience. Mets ton doigt dans la marque des clous. Mets ta main dans mon côté, et ne sois plus incrédule, mais crois. »

Alors Thomas le touche : toute sa défiance tombe et rempli d’une foi sincère et de tout l’amour que l’on doit à son Dieu, il s’écrie : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Et le Seigneur lui dit :

Lire la suite

Jésus, de Nazareth à Jérusalem

Découvrez le film de présentation de la fresque musicale « Jésus, de Nazareth à Jérusalem » mise en scène par Christophe Barratier et composée par Pascal Obispo

Jésus, de Nazareth à Jérusalem est une comédie musicale de Pascal Obispo, dont la première représentation est prévue au Palais des sports de Paris le 17 octobre 2017, avant une tournée française en 2018.

Jésus, de Nazareth à Jérusalem, un spectacle musical à partager en famille pour revivre l’un des plus grands récits de l’humanité ! Parmi les destins qui ont bouleversé l’humanité, il est un homme dont les paroles et les actes ne cessent de résonner. « Jésus, de Nazareth à Jérusalem », la fresque musicale, retrace les dernières années de Jésus durant lesquelles l’Histoire et l’Eternité se sont rencontrées. Voyagez au cœur du temps, il y a deux mille ans. Marchez sur les pas de Jésus, des rives du Jourdain au désert de Judée, du Temple de Jérusalem au Mont des Oliviers.

Juillet mois du Très Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ

Sang du Christ1er juillet est la Fête du Très Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ, Sauveur des hommes. Située dans l’octave de la Nativité de Saint Jean Baptiste, la Fête du Précieux Sang de Notre Seigneur Jésus-Christ était également célébrée le 1° dimanche du mois de Juillet. Mais c’est tout le mois de juillet qui, de ce fait, se trouve dédié au Très Précieux Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

« Vous le savez: ce n’est pas par des biens corruptibles que vous avez été rachetés de la conduite superficielle héritée de vos pères; mais c’est par un sang précieux, celui d’un agneau sans défaut et sans tache, le Christ» (1 P 1, 19)

Quelques saints du mois

1 juillet : Fête du Précieux Sang de Jésus dans l’ancien calendrier liturgique

3 juillet : Saint Thomas

6 juillet : Sainte Maria Gorreti

11 juillet : Saint Benoît

16 juillet : Fête de Notre Dame du Mont Carmel.

14 juillet : Saint Camille de Lellis

22 juillet : Fête de Marie-Madeleine. (Protectrice des grands pécheurs)

23 juillet : Sainte Brigitte

25 juillet : Fête de Saint Jacques.

26 juillet : Saints Anne et Joachim (Parents de la Vierge Marie)

27 juillet : Saint Pantaléon, martyr

29 juillet : Sainte Marthe

31 juillet : Saint Ignace de Loyola

Pain d’épices et gelée de pommes

Le repas est très important dans la vie des Bénédictines. C’est un moment intense de vie fraternelle et c’est aussi respecter ce que le Seigneur a créé.

Dans le large bol, la farine de froment absorbe le miel doré et chaud ; le mélange offre rapidement une certaine résistance aux bras de la cuisinière. Sr Marie-France sourit « dans la vie spirituelle aussi, nous résistons… ». Puis la pâte s´assouplit – au moins celle du pain d’épices ! Travaillée, elle connaît ensuite un temps de repos… comme les sœurs, dont notre cuisinière raconte l´été. Les pommes sont moins jolies cette année, mais elles feront une agréable gelée, avec le concours de tout le monastère.

Pour visionner les autres recettes, il suffit de cliquer sur la catégorie « La Cuisine des Monastères » en haut dans la barre de menus.

Le moine est un homme qui a goûté à la joie de vivre avec Dieu.

moineTout à cette joie, il se libère de ses attaches matérielles et familiales pour partir à la suite du Christ. Ainsi il peut consacrer son attention et ses forces à vivre en compagnie du Christ, avec d’autres hommes ayant le même idéal que lui.

Pour conformer sa vie à l’image de celle du Christ, il cherche à se tourner vers Dieu avec un cœur pur, et à aimer les autres dans l’humilité et la douceur. Dans la prière, la vie fraternelle et le travail, il apprend à se libérer de ce qui le renferme sur lui-même et il accueille l’action de l’Esprit-Saint en lui.

Vie en communauté

En obéissant à la vérité, vous avez purifié vos âmes pour vous aimer sincèrement comme des frères ; aussi, d’un cœur pur, aimez-vous intensément les uns les autres. (1 Pierre 1,22)

En répondant à la Parole de Dieu proclamée dans l’Évangile, le moine fait le choix de l’amour. En compagnie de frères qu’il n’a pas choisis, il construit l’Église par la prière, la vie commune et le travail.
La première œuvre à construire est l’union entre tous. C’est un équilibre fragile, toujours à rechercher, dont chacun est bénéficiaire. Lire la suite

Notre-Dame du Perpétuel Secours

Notre-Dame du Perpétuel SecoursC’est une scène symbolique que ce tableau nous dépeint. Jésus-Enfant a vu d’avance tous les tourments de Sa vie et de Sa mort, représentés par les insignes de Sa Passion (la croix, la lance, l’éponge piquée au sommet d’un roseau) que portent, à droite et à gauche, saint Michel et saint Gabriel. Effrayé par cette vision terrible, Il S’est réfugié dans les bras de Sa Mère : de Ses petites mains tremblantes, Il serre la main forte et calme de Marie. Détail touchant, dans le mouvement de Sa frayeur, Il a laissé échapper la sandale de Son pied droit.
Tandis que Jésus arrête Ses yeux épouvantés sur l’apparition, le regard de Marie, empreint d’une douce tristesse et d’une compatissante affection, se fixe sur nous et semble nous dire : « Voyez combien terrible est la vocation de mon Fils. Il n’est venu au monde que pour racheter les hommes par Sa Passion et Sa Mort. Que du moins Ses souffrances ne soient pas perdues pour vous. C’est mon désir le plus cher de vous aider à sauver vos âmes par les mérites de mon Fils. Venez à Moi, je serai votre Perpétuel Secours. »
Le regard triste et doux de la Madone, tel qu’on peut l’admirer avec avec émotion sur le Tableau original vénéré à Rome, est l’œuvre d’un artiste de première valeur. La majesté orientale de la Vierge Mère est tempérée par son expression de bonté attirante.

La Sainte Image, que nous vénérons sous le nom de Notre-Dame du Perpétuel Secours est originaire de l’île de Crète, où elle fut peinte par un artiste inconnu, probablement au XIVe siècle. Lire la suite