Saints Jacinthe et François Marto

Jacinthe et FrançoisLes saints du jour – 20 février 2018 – Aujourd’hui, c’est le premier mémorial des saints François (1908-1919) et Jacinthe Marto (1910-1920) qui ont été canonisés l’année dernière, le 13 mai 2017 – « Les bergers de Fatima »

Entre le 13 mai et le 13 octobre 1917, trois enfants berger portugais d’Aljustrel ont reçu des apparitions de Notre-Dame à Cova da Iria, près de Fatima, une ville située au nord de Lisbonne. A cette époque, l’Europe était impliquée dans une guerre extrêmement sanglante. Le Portugal lui-même était dans la tourmente politique, ayant renversé sa monarchie en 1910; le gouvernement a dissous les organisations religieuses peu de temps après.

Lors de la première apparition, Marie a demandé aux enfants de revenir à cet endroit le treize de chaque mois pour les six prochains mois. Elle leur a aussi demandé d’apprendre à lire et à écrire et de prier le chapelet «pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre». Ils devaient prier pour les pécheurs et pour la conversion de la Russie, qui avait récemment renversé le tsar Nicolas II et qui allait bientôt tomber sous le communisme. Jusqu’à 90 000 personnes se sont rassemblées pour l’apparition finale de Marie le 13 octobre 1917, lorsque Notre-Dame du Rosaire leur a demandé de construire une chapelle sur la colline rocheuse. Cette apparition est maintenant connue comme le miracle du soleil. La foule entière a vu un spectacle remarquable. Le soleil semblait danser dans le ciel. Une danse féerique de lumière et de couleurs, spectacle unique et saisissant.

Moins de deux ans plus tard, François est mort de la grippe dans sa maison familiale. Il a été enterré dans le cimetière paroissial puis transféré dans la basilique de Fatima en 1952. Jacinthe est morte de la grippe à Lisbonne en 1920, lui offrant ses souffrances pour la conversion des pécheurs, la paix dans le monde et le Saint-Père. Elle a été ré-enterrée dans la basilique de Fatima en 1951, quand on a découvert que son corps était intact. Leur cousine Lúcia dos Santos, est devenue une religieuse carmélite et vivait encore quand Jacinthe et François ont été béatifiés en 2000 pa Jean-Paul II ; Elle est morte cinq ans plus tard.

Le Pape François a canonisé les jeunes enfants lors de sa visite à Fatima pour commémorer le centenaire de la première apparition, l’année dernière, le 13 mai 2017.

Fatima

François console Jésus

2. Ce qui émerveillait davantage le bienheureux François et le pénétrait était Dieu dans cette lumière immense qui les avait rejoints tous les trois dans la profondeur de leur être. Ce n’est qu’à lui, cependant, que Dieu se fit connaître « si triste », comme il disait. Une nuit, son père l’entendit sangloter et lui demanda pourquoi il pleurait; son fils répondit: « Je pensais à Jésus qui est si triste à cause des péchés que l’on accomplit contre Lui« . Un unique désir – si caractéristique de la façon de penser des enfants – fait désormais agir François et c’est celui de « consoler Jésus et de faire en sorte qu’il soit content« .

Il s’opère dans sa vie une transformation que l’on pourrait qualifier de radicale; une transformation certainement peu commune pour un enfant de son âge. Il s’engage dans une vie spirituelle intense, avec une prière si assidue et fervente qu’il rejoint une véritable forme d’union mystique avec le Seigneur. C’est précisément cela qui le pousse à une purification croissante de l’esprit, grâce à de nombreuses renonciations à ce qui lui plaît et même aux jeux innocents des enfants.

François endura les grandes souffrances causées par la maladie, dont il mourut ensuite, sans jamais se plaindre. Rien ne lui semblait suffire pour consoler Jésus; il mourut avec le sourire aux lèvres. Le désir était grand chez cet enfant de réparer les offenses des pécheurs, en offrant dans ce but l’effort d’être bon, les sacrifices, la prière. Jacinthe, sa soeur plus jeune que lui de presque deux ans, vivait également animée par les mêmes sentiments.

Jacinthe convertit les pécheurs

4. La petite Jacinthe a partagé et vécu cette douleur de la Madone, en s’offrant héroïquement comme victime pour les pécheurs. Un jour, lorsqu’elle et François avaient désormais contracté la maladie qui les obligeait à rester au lit, la Vierge Marie vint leur rendre visite à la maison, comme le raconte Jacinthe: « La Madone est venue nous voir et elle a dit que bientôt elle viendra prendre François pour l’emmener au Ciel. A moi, elle a demandé si je voulais encore convertir davantage de pécheurs. Je lui ai dit que oui« . Et lorsque le moment du départ de François s’approche, la petite lui recommande: « De ma part porte de nombreux saluts à Notre Seigneur et à la Madone et dit leur que je suis disposée à supporter tout ce qu’ils voudront pour convertir les pécheurs« . Jacinthe était restée tellement frappée par la vision de l’enfer, qui avait eu lieu lors de l’apparition de juillet, que toutes les mortifications et pénitences lui semblaient peu de choses pour sauver les pécheurs.

Jacinthe pourrait très bien s’exclamer avec saint Paul: « En ce moment je trouve ma joie dans les souffrances que j’endure pour vous, et je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son Corps, qui est l’Eglise » ( Col 1, 24). Dimanche dernier, au Colisée à Rome, nous avons fait mémoire des très nombreux témoins de la foi du XX siècle, en rappelant, à travers les témoignages incisifs qui nous ont été laissés, les souffrances qu’ils ont subies. Une nuée innombrable de courageux témoins de la foi nous a laissé un précieux héritage, qui devra rester vivant au cours du troisième millénaire. Ici à Fatima, où ont été préannoncés ces temps de tribulations et où la Madone à demandé de prier et de faire pénitence pour les abréger, je désire aujourd’hui rendre grâce au Ciel pour la force du témoignage qui s’est manifestée dans toutes ces vies. Et je désire une fois de plus célébrer la bonté du Seigneur envers moi, quand, durement frappé le 13 mai 1981, je fus sauvé de la mort. J’exprime également ma reconnaissance à la bienheureuse Jacinthe pour les sacrifices et les prières faites pour le Saint-Père, qu’elle avait tant vu souffrir.

« Je te bénis, Père, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout-petits » ( Mt 11, 25)

Je te bénis, ô Père, pour tous tes tout-petits, à commencer par la Vierge Marie, ton humble Servante, jusqu’aux pastoureaux François et Jacinthe.

Que le message de leur vie reste toujours ardent pour illuminer le chemin de l’humanité!

Extrait de l’homélie de SA SAINTETÉ LE PAPE JEAN PAUL II le 13 mai 2000

Publicités

Un commentaire sur « Saints Jacinthe et François Marto »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s