Être saisi par Jésus

JésusJésus va rencontrer les hommes là où ils sont, à leur travail, le long de la mer de Galilée. Il ne passe pas distraitement : Il voit et il appelle. C’est toujours vrai. Jésus ne passe pas à côté de nous. Il nous rencontre, il nous voit, il nous appelle. C’est nous qui sommes souvent inattentifs à cette rencontre. Encore maintenant il dit « Venez », et Il veut faire quelque chose de nous : « Venez à ma suite, et je ferai de vous… » C’est quelqu’un qui attire que l’on suit.

Dans chaque épisode de l’Évangile, Jésus est révélé.

Il est au centre. C’est bien «  l’Évangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu« . Il se révèle à la fois par son enseignement et par son action. Sa façon même d’enseigner frappe : « ils étaient frappés de son enseignement ;  car il les enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. » Son passage est un événement qui choque. L’homme possédé d’un esprit impur est ainsi choqué. Il sent , il sait qui est Jésus : « le Saint de Dieu« .

Les gens qui le voient agir sont « saisis », et se demandent ce qui se passe : « Qu’est-ce que cela ? Voilà un enseignement nouveau, plein d’autorité ! Il commande même aux esprits impurs, et ils lui obéissent !  »

Et sa renommée se répand.

Si nous sommes attentifs, il n’est pas possible que nous ne soyons pas nous aussi frappés, saisis ; il n’est pas possible que nous ne nous demandions pas toujours à nouveau qui donc est cet homme… Le disciple est d’abord celui qui à été ainsi frappé, saisi, ébloui par Jésus ; quelqu’un qui s’est étonné, et qui s’est mis en route pour en savoir d’avantage, pour mieux le connaître. Le disciple est habité par le désir de toujours mieux savoir qui est Jésus.

Il a pu être frappé d’un coup, ou simplement découvrir progressivement qu’il y a là quelqu’un d’extraordinaire.. Cette découverte l’a mis en route. Il ne pourra plus s’arrêter. Il ne pourrait plus aller à un autre :  » Seigneur, à qui irions nous?  »  Inlassablement, le disciple continue sa quête. Il ne saisit pas, il est saisi. Sa foi est toujours recherche et question, « énigme ». Mais elle est aussi certitude : « Jamais homme n’a parlé comme cet homme. »  Et cette certitude est une joie profonde.

Lucien Daloz : Archevêque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :