Pourquoi suis-je né…4 et fin

Pourquoi suis-je né…3

Plusieurs autres semaines passèrent, avant que Le Seigneur nous permit de nous rencontrer à nouveau, et Sœur B me demanda où j’en étais avec ce volume , je lui ai mentionné que c’était un peu plus sérieux que je pensais, mais que je n’irais pas plus loin, elle me dit de le relire , cela commençai à m’agacer la relecture de ce livret, que voulait-elle me dire , qu’elle ne me disait pas, et surtout que je ne comprenais pas. De retour chez moi, je pris résolument la décision de lire de façon sérieuse ce livret, je fus surpris d’y constater une profondeur et un secret merveilleux, mais exigeant ; « La Vierge Marie recrutait les saints des derniers jours » De nouveau je rencontrais Sœur B et nous avons discuté des exigences qui y était mentionné , et que je ne voulais pas que mes prières, mes aumônes, mes sacrifices puissent aller à d’autres personnes …je lui disais que si mes enfants , ma femme ont besoin de prières, et que j’ai tout remis à la Vierge Marie , elle peut le donner à quelqu’un d’autre , et que ceux que j’aime n’auraient rien , mais, Sœur B comme une bonne gérante de la grâce du Seigneur me rassura en me disant qu’elle ne manquerait pas d’y pourvoir .

Alors, rendu chez moi, je pris la décision de débuter les exercices qui y étaient mentionnés , cependant, je ne fis pas tous les exercices , car déjà je cheminais avec la communauté néocatéchuménale , et j’avais peur de vomir , si j’en faisais trop . La veille de la Visitation de la Vierge Marie, pour faire la consécration demandé dans ce volume, où nous nous donnons à la Vierge Marie , c’était le 30 mai 1986 , je partis et allais me confesser à l’Église Ste-Anne et communiai au corps du Seigneur, à l’Eucharistie de 19h00 . Rendu chez moi, avant de me coucher , je pris le petit volume bleu, et récitai la formule que Saint Louis-Marie de Montfort avait faite .

Je me couchais sans rien penser ;

durant la nuit, je fut surpris de me retrouver tout éveillé dans un endroit que je ne connaissais pas , es-ce avec mon corps, es-ce sans mon corps, je ne sais , mais je regardais autour de moi, et je vis une multitude de personnes en vêtement blanc, innombrables, debout qui regardais tous dans la direction du nord , et qui m’indiquait , où je devais me tourner; Je regardais , et je vis quelque chose qui était loin de moi, très loin , une personne sur un petit nuage blanc et qui se déplace, cela semblait beau ,mais que ce n’était certainement pas pour moi , un homme qui n’a rien fait de bien dans sa vie, qui a tout échoué , alors, je me mis à m’asseoir par terre avec les bras sur les genoux, et je pleurais , me sentant indigne, car j’étais tellement vide intérieurement et je me détestais tellement. A nouveau, je sentis comme le besoin de me relever à nouveau, et de regarder , où étais rendu cette personne avec le petit nuage , je m’aperçus qu’elle avait progressé , et qu’elle était a mi-chemin, entre moi et la multitude de personnes en vêtement blanc, je pensais que j’en étais indigne, que ce n’était certainement pas pour moi, qu’une telle beauté puisse venir , ben voyons donc, pour qui je me prenais, le paquet de scrap, il y a certainement quelqu’un dans cette multitude qui mérite de recevoir cette visite et je retournais à ma position assise au plancher avec les bras sur mes genoux, et je pleurais. Quelque chose me dit de lever ma tête et de regarder; Je levai la tête, tout en demeurant assis , et je m’aperçus que cette belle Dame était au-dessus de moi , qu’elle était sur un nuage blanc , et qu’elle se penchait vers moi, me tendit les bras et ses mains pour m’inviter à me relever , dès que ses mains eurent saisis mes mains, il se produisit quelque chose , je sentis entrer en moi , et je vis comme un flot de lumière blanche, une rivière pénétrer dans mes bras et se rendre à mon cœur , mon pauvre cœur qui était tellement vide , sec et stérile , tellement pauvre qu’il ressemblait à une pauvre patate qui serait resté au four à un degré de 450 oC pendant de nombreuses heures, vous vous imaginer comment cette patate du cœur était sec et vide….. à ce moment , le globe terrestre entier m’apparut , et mon cœur qui était très petit, se mit à grossir sous l’effet de cette lumière blanche qui pénétrait en moi, comme une rivière jusqu’au moment , où mon cœur devint à la même grosseur que la terre ; Je cru comprendre que maintenant j’avais l’ Amour pour aimer toute la terre, et que je recevais les grâces que l’on oubliait de demander à la Vierge Marie, pour qu’elle soit la plus belle de toutes les femmes ( souvent je me disais que je ne m’aimais pas , et que pour aimer les autres , il est nécessaire de s’aimer, si on a pas d’amour pour soit, on a encore moins pour les autres ) je m’aperçus que cette belle Dame s’en allait , je la voyais de dos , et sur son nuage blanc ( Brume Céleste ), au-dessus de nos têtes , elle se déplace , sans bouger , jusqu’au moment, où je fus ramener dans mon lit; Rendus dans mon lit, je me posais la question , qui était cette belle Dame , mais qui était cette belle Dame, alors, dans mon cœur commençais le « Je vous salue Marie » avec une telle profondeur et connaissance, que depuis ce jour, il n’a jamais cessé de ce dire tout seul à l’intérieur de moi ! Je sus , par après , quelle Grâce qui m’avait été donnée, mais je dois dire aussi , que c’est difficile de vivre sur la terre , en ayant vu la beauté de notre Bien-Aimée Mère , qu’il n’y a pas un jour que je ne soupire pour la revoir, parfois , j’ai l’impression que la corde du cœur est étirée comme une corde de violon, et que si Le Seigneur l’étire plus, elle va se rompre . Cependant, faire la volonté du Seigneur est ce qui me fait le plus plaisir !

Par la suite, l’Église  m’a demandé d’être diacre, nous avons refusé par deux fois, car après avoir conseil auprès d’un ami prêtre, nôtre témoignage comme laïc était plus important que si nous étions ordonné diacre.

Un jour, on entendait dire par Sœur B qu’une icône de la Vierge Marie « La Portaitissa » celle qui fait franchir le porte donnait de l’huile mystérieuse qui sentait un parfum délicieux de rose. Alors, je demandais au Seigneur comment faire pour allez voir cette icone et avoir de l’huile. Je reçus l’adresse ou cette icone à Montréal se trouvait et que c’était les chrétiens orthodoxes qui s’en occupait. Nous décidions de prendre mon auto et de nous rendre, mon cousin et moi voir ce fait à Montréal. Quand nous sommes arrivés à Montréal, nous nous sommes mêlés de rue, mais Le seigneur veillait sur nous, et quelqu’un nous apporta directement à la résidence des orthodoxes. Quand nous avons téléphoné, quelqu’un nous a répondu et nous lui avons dit que nous venions de Chicoutimi et que nous désirions voir l’icône, il nous mentionna que cela était impossible pour le moment, alors déçu, on pensait repartir bredouille, coucher sur le lit, il me vient une idée, de rappeler la personne et de lui demander s’il avait de l’huile. Cette personne me dit qu’elle en avait et que nous n’avions qu’à nous présenter dans les minutes qui suivent, car il avait un rendez-vous important quelques heures plus tard. Nous avons contacté un taxi qui passait devant notre hôtel et il nous a guidé jusqu’au presbytère ou nous avons eu la joie de recevoir une copie toute imbibée de l’huile miraculeuse, ainsi qu’une petite bouteille rempli de ouate imbibée de cette huile. Nous lui avons demandé de nous en donner un petit morceau de la ouate toute imbibée d’huile, et je l’ai mangé. Il m’a demandé si j’étais malade, je lui ai dit non, et je lui ai demandé de nous bénir avant que nous partions. Sur la route de départ à Montréal, nous n’avions pas vu un feu de circulation, et on l’a brûlé, un automobiliste nous a intercepté et nous a demandé si nous y avions vu la lumière, je lui ai dit que nous ne l’avions pas vu, et que nous lui demandions pardon, je lui ai expliqué ce que nous venions de vivre et nous lui avons remis une médaille miraculeuse toute imbibée d’huile. Nous sommes parti et je disais au Seigneur, merci pour cette huile que je ne savais pas ce qu’elle était pour nous, mais que je le remerciais quand même. À ce moment, j’ai ressenti une très profonde humilité, et j’aurais pleuré en pleine rue tout nu mes péchés pour que le monde sache que je suis pécheur. Le Seigneur est profondément humble , ceux qui s’en approchent deviennent eux aussi comme Moise très humble , car ils connaissent la Voie de la Sainteté ( Nombre 12, 3)qui est l’humilité!

La vie continue,

nous cheminons dans la communauté chrétienne de Sept-Îles, un jour je rencontrais un de mes amis et frères prêtres, il avait passé la fin de semaine avec nous et je lui expliquais ce que je vivais, mon agressivité et l’intolérance que j’avais envers ceux qui m’approchent. Je lui mentionnais que j’avais été possédé par un esprit impur et que je m’en souvenais et que c’était comme quelqu’un qui m’avait violé et que depuis ce jour, j’étais demeuré agressif, même qu’à l’usine ou je travaillais, il trouvait mon comportement difficile à vivre et qu’il me recommandait une session de libération sur un spécialiste pour m’aider. Le dimanche soir, il reprenait son avion à Sept-Îles et je le reconduisais; Je lui ai demandé de prier pour moi; je suis certain qu’il a prié et intercédé Le Seigneur pour moi, car dès que je suis arrivé à l’hôtel ou mes frères et sœurs chrétiennes m’attendaient, j’ai reçu une ivresse de l’Esprit Saint qui a duré plusieurs jours après le premier scrutin à Sept-Îles. J’ai eu la guérison complète du souvenir de la possession et des agressions subies. J’ai perdu l’agressivité et la rancune. Imaginez-vous dix jours d’ivresse spirituelles, ou l’on ne veut pas parler, pour ne pas perdre cette ivresse de l’Esprit-Saint. Demeurez dans le silence le plus possible.

Une fois, une amie de Québec me mentionne qu’elle va en pèlerinage à Medjugorje et ceux qui le désirent qu’elle présentera nos prières sur l’autel dès qu’elle sera arrivée. Je lui ai mentionné, que lorsqu’elle prierait pour moi que je le saurais, un jeudi matin, je suis chez moi, j’avais complètement oublié cette demande, je reçois une profonde impulsion du coeur qui me dit d’aimer la croix de Jésus, à ce moment, j’ai su que cette grâce provenait de la personne qui était à Medjugorje et qui priait pour moi.

En l’année 1996, nous décidâmes, mon épouse et moi d’être famille d’accueil, et d’aider les adolescents en difficulté. Le Seigneur permit que nous ayons douze personnes environ qui sont venus à la maison à différents moments. Nous avons arrêté d’être famille d’accueil, lors du premier cancer à mon épouse.

À la convivence de l’automne 1993 à Drummondville, je me suis senti beaucoup aimé par Le Seigneur.

En l’année 1994, Le Seigneur nous demanda de faire des communautés qui vivent comme la famille de Nazareth, ou l’autre est le Christ, nous avons rencontré le curé de Sept-Îles  et des communautés sont nées des catéchèses. Le Seigneur me demanda d’aller au pénitencier, mais avant, il me montra comment j’avais plein de préjugés envers les détenus, et que moi si j’étais un gardien, je les apporterais à l’extérieur, enchaînés les uns aux autres, et que je les libérais un par un, et que dès qu’ils essaieraient de se sauver, je tirerai sur eux pour les tuer. Il m’a appris la miséricorde en écoutant leurs vies. Oh, pauvres détenus, n’ayant aucune chance, et si moi…j’avais vécu ce qu’ils disent avoir vécu, j’aurais fait pire que ce qu’ils ont faits. Dans les frères détenus, j’ai rencontrés des saints qui vivent à la droite du Seigneur, ils ont été crucifié dans leur corps, âmes, esprits, intelligences, ils ont tout perdu, leur femme, leur enfant, leur frère et soeur, ils sont durement jugés. Ils son incapables de se pardonner, durement enchaînés à leurs expériences de vies, bref, ils ont besoin de faire l’expérience de la miséricorde du Seigneur. Une petite communauté est née, environ 48 frères détenus, et nous y avons vus d’authentiques miracles. Des frères ont été sauvés et ramenés à la vraie vie.

Quand nous avons scruté dans la convivence 1999, l’histoire de Joseph dans la genèse (Genèse 37 jusqu’à 50) des paroles de la bible devinrent comme vivantes pour moi, et Le Seigneur me dit par l’intermédiaire des anges « Yahvé assista Joseph, il étendit sur lui sa bonté et lui fit trouver grâce aux yeux du geôlier chef. Le geôlier chef ne s’occupait en rien de ce qui lui était confié, parce que Yahvé l’assistait et faisait réussir ce qu’il entreprenait.(Gen 39, 21 – 23)» Joseph a porté le péché de l’autre sans se défendre. (Comme Jésus) La vie spirituelle de Joseph n’a pas cessée, toujours, il a grandi dans le respect et l’amour de Dieu unique dans toutes les circonstances de sa vie : QUE DIEU POURVOIERAIT! Joseph a été plusieurs années en prison pour apprendre la langue des égyptiens, il disait dans genèse 40, verset 15, j’ai été enlevé du pays des Hébreux et ici même je n’ai rien fait pour qu’on me mette en prison. Il porte le péché de l’autre, sans ressentiment, sans rotâge. Joseph ne se défend pas…….il en laisse le soin à son père du ciel.

L’ange du Seigneur m’a emporté près du Père du ciel, trois fois dans la convivence 1999 pour que je présente mes demandes, mais j’étais tellement surpris, impressionné et comme hébété, d’être devant le grand Roi de la terre, je ne savais pas quoi faire, quoi dire, alors, la première fois, il me ramena à l’endroit ou il m’avait pris; la deuxième fois, quelques heures passèrent, ce fut la même chose, je fus de nouveau emporté devant le grand roi, mais je fus incapable de prononcer un mot, étant encore trop impressionner; la troisième fois, se déroula quelques heures après la deuxième fois, et tout ce que j’ai pu présenter, c’est de prier pour mes frères détenus de la prison à sécurité maximum de port-cartier. Oh, père vois comme je suis pauvre et misérable devant toi, et prends pitié de moi. Aide-moi à faire ta volonté.

Seigneur, comme je suis pauvre et misérable devant toi, aujourd’hui, j’aimerais vous présenter toutes les intentions de la Vierge Marie, et je vous demande de les exaucer……Permettez-moi aussi, mon Grand-papa et Roi, de vous demander la grâce de vous aimer, de vous adorez, de vous servir, de tout mon coeur, de toute mon âme, de tout mon esprit, de toute ma force, je vous le demande, par le doux, l’humble, le douloureux et Immaculée coeur de Marie votre très sainte Mère, votre fille et votre épouse, voilà ma demande et ma requête et qu’ainsi en soit-il! Merci Grand-papa de m’aider.

Le Seigneur me redemanda par l’aumônière du pénitencier si je voulais être diacre, je lui fis la même réponse que les deux autres fois, NON, elle insista et me dit qu’une année de discernement m’aiderait à voir plus claire dans la décision. J’en parlé avec mon épouse et nous avons accepté. Le Seigneur m’a magnifiquement soutenu dans cette démarche me montrant bien que c’est cela qu’il désirait pour nous. Je fus ordonné à la paroisse Sacré-Cœur de Port-Cartier, samedi le 13 Octobre 2012 . Je passe sous silence la vie de mon épouse qui est édifiante après trois cancers.

Si j’écrivais toutes les bontés que Mon Grand-papa du Ciel permet à mon égard, je passerai tout mon temps à écrire . Un seul désir m’habite, et j’espère que mon Grand-papa ( Abba ) Le Père du Ciel me permettra de faire sa Volonté, c’est la seule chose que je désire au plus profond de moi, mais je constate qu’en moi existe la concupiscence, l’orgueil , et bien d’autres choses , si mon bien-aimé ne vient pas à mon aide, je suis bien conscient que pour moi c’est impossible de m’en sortir seul. Seigneur, Aie pitié du pécheur que je suis, et délivre moi ,de mon moi , pour que je puisse te servir librement par le doux, l’humble, le douloureux et Immaculée coeur de Marie, votre très sainte mère, votre fille et votre épouse. Amen.

Nous avons déménagé à ma retraite en décembre 2012 à ville Saguenay, ou Le Seigneur permit que je retourne vivre avec la communauté monastique du coeur de Jésus, ou je suis diacre d’office. Je passe certaines choses sous silence, ou Le Seigneur m’appelle à vivre dans l’humilité, la simplicité, la louange et l’obéissance ou l’autre est le Christ!

Le Seigneur a bien fait tout dans ma vie! Je lui rends hommage et le remercie pour tout, surtout de me permettre de découvrir son visage et son amour, dans la vie de nos frères et sœurs bien-aimés.

Voilà mon père, j’ai écrit ce que vous m’avez demandé « Allez et témoignez de tout ce que vous avez vu et entendu. » (Jean 3, 32)

Grand-papa du ciel…de votre pauvre petit-fils Gilles! Veillez sur moi, sur mes enfants, comme je veille sur eux et mes petits-enfants. Aimez-moi, comme je les aime! Et je sais que vous les aimez encore plus que moi..merci….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s