La communion vue par le Saint curé d’Ars

Communion EucharistiqueQui de nous, M.F., aurait jamais pu comprendre que Jésus-Christ eût porté son amour envers ses créatures jusqu’à leur donner son Corps adorable et son Sang précieux pour servir de nourriture à nos âmes, si ce n’était lui-même qui nous le dise ? Eh quoi ! M.F., une âme se nourrir de son Sauveur !… et cela autant de fois qu’elle le désire !… O abîme de bonté et d’amour d’un Dieu pour ses créatures ! … Saint Paul nous dit, M.F., que le Sauveur, en se revêtant de notre chair, a caché sa divinité et a porté l’humiliation jusqu’à l’anéantisse-ment. Mais, en instituant le sacrement adorable de l’Eucharistie, il a voilé jusqu’à son humanité, il n’a laissé paraître que les entrailles de sa miséricorde. Oh ! M.F., voyez de quoi est capable l’amour d’un Dieu pour ses créatures !… Non, M.F., de tous les sacrements, il n’y en a point qui puisse être comparé à celui de l’Eucharistie. Dans celui du Baptême nous recevons, il est vrai, la qualité d’enfants de Dieu et, par conséquent, nous avons part à son royaume éternel ; dans celui de la Pénitence, les plaies de notre âme sont guéries et l’amitié de notre Dieu nous est rendue ; mais dans le sacrement adorable de l’Eucharistie, non seulement nous recevons l’application de son Sang précieux, mais encore l’auteur de toute grâce. Saint Jean nous dit que Jésus-Christ « ayant aimé les hommes jusqu’à la fin , » trouva le moyen de monter au ciel sans quitter la terre il prit du pain entre ses mains saintes et vénérables, le bénit et le changea en son Corps ; il prit du vin et le changea en son Sang précieux, et donna à tous les prêtres, dans la personne de ses apôtres, le pouvoir de faire le même miracle, toutes les fois qu’ils prononceraient les mêmes paroles ; afin que, par ce miracle d’amour, il pût rester avec nous, nous servir de nourriture, nous consoler et nous tenir compagnie. « Celui, nous dit-il, qui mange ma chair et qui boit mon sang vivra éternellement ; mais celui qui ne mange pas ma chair et qui ne boit pas mon sang n’aura pas la vie en lui . » Oh ! M.F., quel bonheur pour un chrétien d’aspirer à un si grand honneur que de se nourrir du pain des anges !… Mais, hélas ! qu’il y en a peu qui le comprennent !… Ah ! M.F., si nous comprenions la grandeur du bonheur que nous avons de recevoir Jésus-Christ, ne travaillerions-nous pas continuellement à le mériter ? Pour vous faire concevoir une idée de la grandeur de ce bonheur, je vais vous montrer : 1° combien est grand le bonheur de celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion et 2° les fruits que nous en devons tirer.

I. – Vous savez tous, M.F., que la première disposition pour recevoir dignement ce grand sacrement, c’est d’avoir bien examiné sa conscience, après avoir imploré les lumières du Saint-Esprit ; et d’avoir bien avoué ses péchés, avec toutes les circonstances qui peuvent les rendre plus graves ou en changer l’espèce, les faisant connaître tels que Dieu nous les fera connaître quand il nous jugera. C’est d’avoir une grande douleur de les avoir commis, et même d’être prêts à sacrifier tout ce que nous avons de plus cher plutôt que de les recommettre. C’est enfin d’avoir un grand désir de nous unir à Jésus-Christ. Voyez l’empressement des mages à chercher Jésus-Christ dans sa crèche ; voyez la sainte Vierge ; voyez sainte Magdeleine, comme elle s’empresse à chercher le Sauveur ressuscité.

Je ne veux pas, M.F., entreprendre de vous montrer toute la grandeur de ce sacrement, ceci n’est pas donné à un homme ;

il faudrait être Dieu lui-même pour vous raconter les grandeurs de ces merveilles ; car ce qui nous jettera dans l’étonnement pendant toute l’éternité, c’est que nous, étant si misérables, ayons reçu un Dieu si grand. Cependant, M.F., pour vous en donner une idée, je vais vous montrer que Jésus-Christ n’a jamais passé dans un lieu, pendant sa vie mortelle, sans y répandre ses bénédictions les plus abondantes, et, par conséquent, combien doivent être grands et précieux les biens que reçoivent ceux qui sont si heureux que de le recevoir dans la sainte communion ; ou que, si nous disions mieux, tout notre bonheur en ce monde consiste à recevoir Jésus-Christ dans la sainte communion ; ce qui est très facile à comprendre : car la sainte communion est profitable, non seulement à notre âme en la nourrissant, mais encore à notre corps, comme nous allons le voir.
Nous lisons dans l’Évangile que Jésus-Christ, entrant dans la maison de sainte Élisabeth, quoiqu’il fût renfermé dans le sein de sa mère, la mère et l’enfant furent remplis du Saint-Esprit, et saint Jean fut même purifié du péché originel, et la mère s’écria : « Ah ! d’où me vient un bonheur si grand que la mère de mon Dieu daigne venir à moi ? » Je vous laisse à penser, M.F., combien est plus grand encore le bonheur de celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion, non dans sa maison, comme Élisabeth, mais dans le fond de son cœur ; maître de le garder, non six mois, comme Élisabeth, mais toute notre vie. Lorsque le saint vieillard Siméon qui, depuis tant d’années, soupirait après le bonheur de voir Jésus-Christ, le reçut seulement entre ses mains ; il en fut si transporté de joie et si ravi que, ne se possédant plus, il s’écria dans ses transports d’amour : « O Seigneur, que puis-je désirer maintenant sur la terre, puisque mes yeux ont vu le Sauveur du monde ?… Je puis maintenant mourir en paix ! » Mais encore une fois, M.F., quelle différence entre le recevoir entre ses bras, le contempler quelques instants, et le recevoir dans son cœur ?… O mon Dieu ! que nous connaissons peu notre bonheur !… Lorsque Zachée, entendant parler de Jésus-Christ, désira grandement le voir, en étant empêché par la foule du monde qui accourait de toute part, il monta sur un arbre. Mais le Seigneur, le voyant, lui dit : « Zachée, descendez, parce que je veux aller aujourd’hui loger chez vous. » II se hâte de descendre et court préparer tout ce qu’il peut pour recevoir le. Sauveur. En entrant dans sa maison, celui-ci dit : « C’est aujourd’hui que cette maison a reçu le salut. » Zachée, voyant la grande charité de Jésus-Christ d’être venu loger chez lui, dit : « Seigneur, je donnerai la moitié de mon bien aux pauvres, et je rendrai au double à tous ceux à qui j’ai fait quelques torts . » De sorte que, M.F., la seule visite de Jésus-Christ, d’un grand pécheur en fit un grand saint, puisqu’il eut le bonheur de persévérer, jusqu’à la mort. Nous lisons dans l’Évangile que, lorsque Jésus-Christ entra dans la maison de saint Pierre, celui-ci le pria de guérir sa belle-mère, qui était travaillée d’une violente fièvre. Jésus-Christ commanda à la fièvre de la quitter, à l’instant même elle fut guérie, au point qu’elle les servit à table . Voyez encore cette femme, qui était atteinte d’une perte de sang, elle se disait à elle-même : « Si je puis, si j’avais seulement le bonheur de toucher le bas de sa robe, je serais guérie ; » et, en effet, lorsque le Sauveur passa, elle se jeta à ses pieds et fut parfaitement guérie . Qui fut encore la cause que le Sauveur alla ressusciter Lazare, mort depuis quatre jours ?… N’est-ce pas parce que celui-ci l’avait souvent reçu chez lui, qu’il lui montra un si grand attachement qu’il en versa des larmes. Les uns lui demandaient la vie, les autres, la guérison de tout leur corps ; et personne ne se retirait sans avoir obtenu ce qu’il désirait. Je vous laisse à penser s’il veut bien accorder tout ce qu’on lui demande. Quels torrents de grâces ne doit-il pas accorder, lorsque c’est lui-même qui vient dans nos cœurs, pour y fixer sa demeure pour le reste de nos jours ? Oh ! M.F., quel bonheur pour celui qui reçoit Jésus-Christ dans la sainte communion, étant bien disposé ! … Ah ! qui pourra jamais comprendre le bonheur du chrétien qui reçoit Jésus-Christ dans son cœur, qui, par là, devient un petit ciel ; lui seul est aussi riche que tout le ciel ensemble.
Mais, me direz-vous, pourquoi donc la plupart des chrétiens sont-ils si insensibles à ce bonheur, que plusieurs même le méprisent, et raillent ceux qui sont si heureux de le recevoir ? – Hélas ! mon Dieu, quel malheur est comparable à celui-là ! C’est que ces pauvres malheureux n’ont jamais connu ni goûté la grandeur de ce bonheur. En effet, M.F., un homme mortel, une créature, se nourrir, se rassasier de son Dieu, en faire son pain quotidien ! ô miracle des miracles ! ô amour des amours !… ô bonheur des bonheurs, qui n’est pas même connu des anges !… O mon Dieu ! quelle joie pour un chrétien qui a la foi, qui, en se levant de la Table sainte, s’en va avec tout le ciel dans son cœur !… Ah ! heureuse maison où ces chrétiens habitent ! … quel respect ne doit-on pas avoir pour eux, pendant toute la journée. Avoir, dans sa maison, un second tabernacle où le bon Dieu a résidé véritablement en corps et en âme !…
Mais, peut-être me direz-vous encore, si ce bonheur est si grand, pourquoi donc l’Église nous fait-elle un commandement de communier tous les ans une fois ? – Ce commandement, M.F., n’est pas pour les bons chrétiens, il n’est que pour les chrétiens lâches et indifférents pour le salut de leur pauvre âme. Du commencement de l’Église, la plus grande punition que l’on pouvait imposer aux chrétiens était de les priver de ce bonheur ; toutes les fois qu’ils avaient le bonheur d’assister à la sainte Messe, ils avaient le bonheur de communier. Mon Dieu ! comment se peut-il faire, que des chrétiens restent trois, quatre ou cinq et six mois, sans donner cette nourriture céleste à leur pauvre âme ? Ils la laissent mourir de misère !… Mon Dieu ! quel malheur et quel aveuglement !… ayant tant de remèdes pour la guérir et une nourriture si capable de lui conserver la santé !… Hélas ! M.F., disons-le en gémissant, l’on n’épargne rien pour un corps qui tôt ou tard sera détruit et mangé des vers ; et une âme créée à l’image de Dieu, une âme qui est immortelle, est méprisée et traitée avec la dernière cruauté !… L’Église, voyant déjà combien les chrétiens perdaient de vue le salut de leurs pauvres âmes, espérant que la crainte du péché leur ferait ouvrir les yeux, leur fit un commandement qui les obligerait de communier trois fois chaque année, à Noël, à Pâques et à Pentecôte. Mais, par la suite, voyant que les chrétiens devenaient toujours plus insensibles à leur malheur, l’Église a fini par ne plus les obliger de s’approcher de leur Dieu qu’une fois tous les ans. O mon Dieu ! quel malheur et quel aveuglement qu’un chrétien soit forcé par des lois à chercher son bonheur ! De sorte que, M.F., quand vous n’auriez point d’autres péchés sur votre conscience que celui de ne pas faire vos pâques, vous seriez damnés. Mais, dites-moi, M.F., quel profit pouvez-vous trouver en laissant votre âme dans un état si malheureux ?… Vous êtes tranquilles et contents, dites-vous, si toutefois il faut vous croire ; mais, dites-moi où vous pouvez trouver votre tranquillité et votre contentement ? Est-ce parce que votre âme n’attend que le moment où la mort la frappera pour être traînée en enfer ? Est-ce parce que le démon est maître de nous ? Mon Dieu ! quel aveuglement et quel malheur pour celui qui a perdu la foi !

Oui, M.F., tous les saints Pères nous disent qu’en recevant Jésus-Christ dans la sainte communion, nous recevons toutes sortes de bénédictions pour le temps et pour l’éternité ;

en effet, si je demandais à un enfant : « Doit-on désirer de communier ? – Oui, me répondrait-il. – Et pourquoi ? – A cause des excellents effets que la sainte communion produit en nous. – Mais quels sont ces effets ? – Il me dirait : la sainte communion nous unit intime-ment à Jésus-Christ, elle affaiblit notre penchant au mal, elle augmente en nous la vie de la grâce, elle est pour nous le principe et « le gage de la vie éternelle. »
Je dis que la sainte communion nous unit intime-ment à Jésus-Christ ; union si intime, M.F., que Jésus-Christ nous dit lui-même : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi et moi en lui ; ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang un véritable breuvage ; » de sorte que, M.F., par la sainte communion, le sang adorable de Jésus-Christ coule véritablement dans nos veines, sa chair est vraiment mêlée avec la nôtre ; ce qui fait dire à saint Paul : « Ce n’est pas moi qui agis, qui pense ; mais c’est Jésus-Christ qui agit et qui pense en moi. Ce n’est pas moi, nous dit-il, qui vis, mais c’est Jésus-Christ qui vit en moi . » Saint Léon nous dit que, quand nous avons le grand bonheur de communier, nous renfermons véritablement le corps adorable et le sang précieux de Jésus-Christ et sa divinité dans nous-mêmes. Dites-moi, comprenez-vous bien toute la grandeur de ce bonheur ? Ah ! non, non, M.F., ce ne sera que dans le ciel que nous le comprendrons. O mon Dieu ! une créature enrichie d’un tel don ! …

extrait de sermon du Saint curé d’Ars                                                                                   source

N’hésitez pas à commenter et à partager sur les réseaux sociaux, merci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s