Le démon est fauteur responsable de nos souffrances.

L’homme n’est tombé dans le péché qu’à l’instigation
du démon : il était juste qu’il fût châtié ; et Dieu le châtia
en l’abandonnant, dans une mesure, à la puissance du
démon.

démon
Il serait trop long d’expliquer ici en détail comment
tout le mal qui est sur la terre, comment tous les désordres
qui troublent la nature, comment toutes les destructions,
de quelque genre qu’elles soient, sont le résultat
de l’influence maudite de ce grand esprit que DIEU a créé
pour être comme l’administrateur général de tout le
monde de la matière. Ces désordres, ces bouleversements
ne peuvent venir de DIEU, qui est ordre infini ; ils
ne viennent pas non plus des bons Anges, qui sont des
ministres de paix, d’ordre et de vie; ils ne viennent point
des éléments matériels, qui, par eux-mêmes, n’ont ni
mouvement ni puissance : ils viennent donc de cette
force secrète et détestable qu’on appelle le démon et qui
trouble, sans pouvoir cependant le détruire, le bel ordre
de la création.
C’est ainsi, qu’au moyen de mille et une manières,
que les savants appellent les causes secondes, l’auteur du
mal bouleverse, çà et là, l’atmosphère et y produit les
tempêtes, les orages, les grêles, les tonnerres, avec toutes leurs destructions. C’est ainsi qu’il envenime telles et
telles plantes, tels et tels sucs ; qu’il anime de sa rage
tels et tels animaux, pour faire du mal à l’homme et aux
autres créatures de DIEU.
Ainsi encore il suscite dans l’air, dans l’eau, DIEU le
permettant ainsi, des petits animalcules imperceptibles
que Ton distingue à peine au microscope, et qui promènent
sur la terre ces horribles épidémies, ces maladies
contagieuses qui détruisent tant de monde : la peste,
le choléra, la petite vérole, les fièvres de toute nature,
etc., etc.

La médecine et la science constatent les effets de ces
.maladies;

elles en combattent, quelquefois elles en
arrêtent même les ravages, au moyen des remèdes sous
lesquels se cache l’action miséricordieuse et guérissante
du bon DIEU et des saints Anges; mais la foi seule pé-
nètre jusqu’à la cause invisible de tous ces maux, et
nous montre, caché comme un malfaiteur qu’il est, l’ennemi
de DIEU et des hommes, le père du mal, l’horrible
démon. Tous les maux dont nous souffrons ici-bas remontent
à lui comme à leur source.
Et comme c’est encore lui qui pousse les hommes au
péché, c’est lui, toujours lui, qui doit porter en premier
lieu le poids de notre indignation, lorsque nous souffrons
de la méchanceté et des mauvaises passions des hommes.
C’est lui qui a suscité, dans le cœur de Caïn, l’envie, la
colère, l’impiété qui ont tué Abel : il a ainsi, le premier,
fait couler le sang humain, fait verser les premières larmes.
C’est lui qui a été, qui est et qui sera jusqu’à la fin
l’instigateur de tous les crimes, de toutes les révoltes, de
toutes les cruautés, de toutes les erreurs, de toutes les
infamies du genre humain. Il est, depuis l’origine, à la
racine de tout péché, de tout désordre. Aussi l’Église
l’appelle-t-elle, dans son profond et énergique langage,
le docteur des hérétiques, le maître des impudiques, le
père des menteurs, le prince du mal.
Et sa ruse, qui ne réussit que trop bien, est de se cacher
toujours et de faire croire à ses malheureuses victimes
que les maux dont elles souffrent viennent du bon
DIEU. De là, ce mystère étrange et abominable du blasphème,
par lequel l’homme s’en prend à DIEU,, s’irrite
contre DIEU, le menace et maudit son saint nom, lorsqu’il
se fait du mal ou qu’on lui fait du mal. Le blasphémateur,
qui maudit DIEU ressemble alors à un homme qui,
menacé par un assassin et défendu par un ami, pren
drait l’ami pour l’assassin et le frapperait, le tuerait, au
lieu et place de l’assassin.

Ainsi, le démon est l’auteur secret et universel du
mal, et par conséquent de la souffrance.

Tous les maux,
quels qu’ils soient, viennent directement ou indirectement
de lui; comme tous les biens, quels qu’ils soient,
nous viennent directement ou indirectement du bon
DIEU. Et de même que DIEU dispense la vie à toutes ses
créatures par le ministère de ses Anges fidèles, de même
Satan, le plus grand des anges rebelles, sème la révolte,
le désordre et le mal dans la création, avec le concours
de tous les autres mauvais anges qui l’ont suivi dans sa
rébellion. Cette lutte invisible, dont nous ressentons si
douloureusement les effets, ne cessera qu’avec le monde,
parce que l’infidélité ou la fidélité des anges ne peut
changer leur vocation, qui est d’administrer ou de gouverner
les éléments de la matière. En effet, ce n’est ni
par manque de puissance, ni par manque de bonté, que
le Seigneur tolère l’action malfaisante des démons à travers
les siècles; c’est sa souveraine sagesse qui exige
cela, la créature ne pouvant point changer ainsi à son
gré les plans de son Créateur.

N’hésitez pas à commenter et à partager sur les réseaux sociaux, merci.

MDS

Publicités

Une réflexion sur “Le démon est fauteur responsable de nos souffrances.

  1. Azischa Writter 30 août 2016 / 3 h 42 min

    J’aime votre texte, merci de l’avoir écrit. J’aimerais par contre que vous ou un.e ami.e le relise et y corrige les petites fautes d’orthographe qui s’y sont glissés. Encore une fois, merci pour ce texte rempli de véracité ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s