Comment faire l’expérience de Jésus Christ ?

La question m’est souvent posée, surtout par de jeunes adultes :

à travers la multitude d’activités dans notre vie, comment peut-on savoir qu’on fait une rencontre de Jésus Christ ? Comment peut-on savoir ? Avant tout, je dirais qu’il faut la désirer. Car Dieu ne s’impose jamais, il se laisse découvrir, accueillir et aimer. Il nous surprend mais il nous laisse la liberté de le reconnaître.
La foi permet le plus souvent de reconnaître le Seigneur à l’œuvre dans notre vie à travers une multitude de signes donnés et d’impressions créées. Par exemple, si je vis une rencontre avec un appauvri et qu’avec lucidité et transparence, je consens à lui apporter une certaine aide soit par une écoute attentive, un bol partagé, soit un denier offert avec délicatesse et humilité… il peut arriver qu’ensuite cette rencontre fasse impression sur moi. Il y a alors de bonnes chances que j’aie, dans ce cas-là, rencontré le Seigneur. « Ce que tu fais au plus petit d’entre les miens, c’est à Moi que tu le fais », a dit Jésus.
Ou encore : si je lis un texte de la Parole de Dieu en le savourant, en accordant mon cœur à ce qui est dit, et que cela me prend à vif, m’interpelle et me réjouit, c’est encore le Christ qui me parle !
Si je me trouve dans une rencontre informelle et que, soudain, un inconnu s’approche pour me faire part d’une immense détresse… Au premier contact, je suis peut-être confondu ou surpris. Mais au fil du partage consenti de part et d’autre, un rayon de lumière vient éclairer la situation. Le chemin s’ouvre. Et nous nous quittons dans la joie et la confiance établie. J’ai probablement alors fait une expérience du Christ qui, par son Esprit, éclaire et devance toujours.

Au terme de sa retraite spirituelle de ce carême, Benoît XVI a eu cette phrase lumineuse:

« La foi n’est autre que… toucher la main de Dieu dont j’écoute la voix, parfois dans les ténèbres, en y voyant l’amour. » Ces mots sont retentissants et nous engagent. Il est vrai que le monde de la foi est un univers mystérieux. Tout se passe le plus souvent dans l’invisible, dans le plus profond de notre être, dans notre désir d’aimer. La foi a des effets en nos vies, en nos cœurs, en nos esprits, même en nos corps par la poussée à aimer qu’elle inspire. La foi nous pousse à aimer et nourrit cet amour même si je ne vois pas toujours clairement.

La Sainte Semaine approche, prélude à la fête de Pâques.

Les grandes célébrations de la Passion, des jeudi et vendredi saints ainsi que la belle veillée pascale sont toujours des moments d’intense prière et de manifestations où la foi trouve à s’exprimer hautement. Dieu se donne à rencontrer dans la foi de son peuple, dans la beauté des rassemblements et des rites, jusque dans le silence. Et tu sauras que c’est Lui, comme un baume sur ton cœur qui produit bonheur et bien-être. Veux-tu le suivre ?
Mgr Dorylas Moreau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s