Amour et Bonheur

Abbé PierreJe me suis rendu compte au fil du temps qu’il est important de bien distinguer le bonheur de l’amour.

Même si la joie qui accompagne l’amour est incomparable à toutes les autres et produit le plus grand des bonheurs, elle est fragile et n’empêche pas les souffrances. Aimer n’empêche donc pas de souffrir. Comme la Vierge Marie le disait à Bernadette de Lourdes, « en cette vie je te promets de t’apprendre à aimer mais pas nécessairement d’être heureuse tout le temps ».

Naturellement tous les humains recherchent le bonheur. Mais vivre une vie chrétienne authentique ce n’est pas rechercher le bonheur à tout prix. C’est rechercher à aimer, quel qu’en soit le prix à payer.

En disant cela, j’ai bien conscience aussi d’une dérive qu’il convient d’éviter et dans la quelle bien des chrétiens très pieux sont tombés : celle du dolorisme. Contrairement à ce qu’on nous a toujours enseigné, le mérite n’a aucun rapport avec la difficulté. Le mérite se mesure à l’amour avec lequel un acte est posé et nom à ce qu’il coûte (dolorisme).

Le dolorisme est une abomination et une caricature de la vie chrétienne qui consiste à rechercher la souffrance, ou à si complaire, sous prétexte que Jésus a souffert. Non, il faut simplement accepter la vie comme elle se présente, et si on ne peut pas éviter une souffrance, alors mieux vaut l’accepter avec amour que se révolter ou la fuir en se refermant sur soi.

L’abbé Pierre

Publicités

Une réflexion sur “Amour et Bonheur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s