Jésus et les petits enfants

Il y a un passage d’évangile dans Marc ch. 12 versets 35 à 37 qui me fait plaisir, comme à la foule qui T’écoutait Seigneur. Tu poses une question : « Comment les scribes peuvent-ils dire que le Messie est le fils de David, puisque David l’appelle Seigneur ? » Un père n’appelle pas son fils Seigneur, c’est évident !

Ce passage de l’Ancien Testament serait-il incompréhensible, voire erroné ?

Et je suppose que la foule qui T’écoute avec plaisir (c’est noté dans le texte) est très satisfaite de la mise en boîte des scribes qui n’arrêtent pas de faire remontrance sur remontrance à la foule des gens simples qui n’ont pas fait d’études et sont réputés ignares dans la science théologique où eux excellent ou plus exactement où eux sont persuadés de leur supériorité. La foule, elle, accepte avec humilité et réalisme d’être dépassée par Yahweh.

C’est tout au moins comme ça que j’interprète ce passage. On le trouve aussi dans Luc, à peu près dans les mêmes termes et même dans Matthieu, sous une forme un peu différente. Je le rattache aussi à ton exclamation : « Je Te rends grâce, Père, d’avoir caché cela aux sages et aux puissants et de l’avoir révélé aux petits. »
Il est certain que Tu n’as pas l’intention en disant cela, de nous détourner de faire des études religieuses (en fonction des autres études réalisées, ça va de soi). Mais ce qui est important à Tes yeux, c’est de Te faire, a priori, confiance quand on cherche à s’approcher de Toi pour mieux Te comprendre. Ce qui est certain par contre c’est, que l’on soit très ou pas du tout instruit, on ne pourra jamais Te comprendre tout à fait. Tu es le Tout Autre.

C’est à la fois admirable et frustrant ;

admirable car il est normal qu’on soit dépassé, et frustrant car on reste sur notre faim. Mais il est vrai que cette faim est salutaire, car elle nous incite à chercher, en Te faisant confiance : c’est la condition sine qua non. La bonne attitude, me semble t-il, c’est celle des tout petits enfants dans leur berceau qui manifestent leur plaisir et leur bonheur immense quand leurs parents affectueux se penchent vers eux. Ils sont confiants totalement. C’est un spectacle dont je ne me lasse pas. C’est si beau ! Vrai, je Te comprends tout à fait, Seigneur, quand Tu nous incites à imiter ces enfants pour arriver jusqu’à Toi.
Il nous faut renaître. Voila qui complique la comprenette de Nicodème qui se demande comment retourner dans le ventre de sa mère ! Ça lui paraît impossible. Et il a raison. Et gentiment, Tu lui fais comprendre qu’un sage peut et même doit faire preuve d’intelligence et ne pas s’en tenir au premier degré du sens d’une phrase.

On l’a heureusement constaté. Il n’est pas nécessaire d’être idiot pour faire partie de tes amis. II y a des tas de gens instruits intelligents qui Te suivent. Il faut aller vers Toi, avec tout son cœur, toute sa force et tout son esprit. Renaître, c’est difficile, mais pour Toi Seigneur, tout est possible quand il s’agit d’amour.

Seigneur aide-moi à Te voir comme un Père aimant penché vers moi, ne me quittant pas des yeux, pour assurer mon bonheur, malgré mes doutes et mes incompréhensions. S’il Te plaît.

Françoise REYNÈS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s