Jésus voit renouveler sa douloureuse passion

 plaintes adressées par le Sauveur à Sainte Brigitte :

La Passion du Christ« J’ai voulu que mon corps pur de tout péché fût déchiré pour les péchés de tous, depuis la plante des pieds jusqu’au sommet de la tête et qu’il fut cloué à la croix. Il est maintenant immolé tous les jours sur l’autel, afin que l’homme m’aime davantage et se ressouvienne plus souvent des bienfaits dont je l’ai comblé. Mais maintenant je suis oublié de tous, négligé, méprisé et chassé de mon propre royaume comme un roi à la place duquel le larron infernal est élevé et honoré. C’est dans le cœur de l’homme que je devais régner, et j’avais bien le droit d’être son roi et seigneur puisque je l’avais créé et racheté. Or il a enfreint la foi qu’il m’avait promise au baptême, il a violé et méprisé les lois que Je lui avais données, il aime sa propre volonté et dédaigne de m’écouter. En outre il exalte le démon, ce pernicieux larron, et il lui a donné sa foi…il est donc juste et raisonnable qu’il expérimente sa tyrannie…Mais bien que je sois si méprisé, je suis si miséricordieux que quiconque me demandera pardon et s’humiliera, je lui pardonnerai toutes ses fautes, mais celui qui persistera à me mépriser, je le visiterai en ma justice, en sorte qu’il tremblera de peur à ma voix. »

Notre Seigneur dit à sainte Thérèse :

« Ah ! Ma fille qu’il y en a peu qui m’aiment véritablement ! S’ils m’aimaient, je ne leur cacherais pas mes secrets. Sais-tu ce que c’est que m’aimer véritablement ? C’est de bien comprendre que tout ce qui ne m’est pas agréable n’est que mensonge. Cette réalité que tu ne comprends pas maintenant tu l’entendras clairement un jour par le profit qu’en retirera ton âme. »  Françoise de la Mère de Dieu entendit de la bouche du Sauveur des plaintes semblables : « Oh! combien j’ai peu de vrais amis, en comparaison du grand nombre de ceux qui m’offensent, je veux que vous suppléiez. » Et Il lui montra que ce qu’il demandait de ses vrais amis est une adhérence, une adoration et un amour perpétuel envers Lui.

Gertrude-Marie reçut elle aussi, plus d’une fois les plaintes du doux Sauveur : Depuis vendredi 26 avril, une tristesse profonde pèse sur mon âme, une tristesse que Notre-Seigneur me fait partager. Je Lui en ai demandé la cause : « C’est que, m’a répondu Jésus, en ce moment il y a des âmes qui m’abandonnent, des âmes que j’aime d’un amour spécial, des âmes que j’ai comblées ! des âmes sur lesquelles j’avais droit de compter pour me consoler, pour me dédommager de l’oubli, de l’ingratitude des autre hommes ! Et ces enfants privilégiés, ces âmes choisies m’abandonnent ! » Ce matin Jésus s’est présenté à moi sous la figure d’un voyageur et Il m’a dit : « Viens avec moi ; je parcours le monde entier, je frappe à la porte de tous les cœurs, la plupart m’en refusent l’entrée. Viens, accompagne-moi partout ; quand je frapperai, tu prieras ; quand je serai rebuté, tu me consoleras. » Aujourd’hui, après la communion, j’ai vu dans le Cœur de Jésus des milliers et des milliers d’épines. Les unes ne laissaient apercevoir qu’une toute petite tête ; d’autres plus ressorties laissant paraître une large tête. En me faisant remarquer les premières, Notre-Seigneur m’a dit : « Ces épines enfoncées si avant dans mon Cœur représentent les péchés souvent renouvelés. A chaque péché l’épine s’enfonce davantage. »  « Mon Cœur déborde de toutes parts. Il ne peut plus contenir toutes les grâces que les âmes refoulent sans cesse. Prends, ma fille, prends. »

Publicités

Une réflexion sur “Jésus voit renouveler sa douloureuse passion

  1. kristelsaintcyr 7 novembre 2016 / 17 h 20 min

    Merci pour ce bel article ! Il est si doux de se souvenir des immenses bontés du Seigneur pour chacun d’entre nous, quels que soient nos mérites ! Parfois nous ne le comprenons pas car nous ne savons pas que faire toute sa volonté est tout notre bonheur, et nous ne nous croyons pas exaucés dans nos demandes. Mais Dieu ne nous oublie jamais au milieu de nos maux, et de nos térébrantes souffrances il tire un bien supérieur. C’est bien plus tard que nous le comprenons car nous sommes ici prisonniers du temps et de l’espace, et notre vue est bien courte comparée à la Sienne. L’expérience m’a appris qu’une longue vie de souffrance peut être suivie d’une joie lumineuse si nous remettons notre vie dans les mains du Seigneur. Et les membres de notre famille déjà dans les bras du Père nous apportent leurs suffrages pour cette vie, même s’ils nous ont fait affreusement souffrir, car leur Amour est enfin purifié.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s